Burundi

Au Burundi, Handicap International cherche à améliorer les conditions de vie des personnes handicapées. L’association les aide à obtenir un appareillage, à subvenir à leurs besoins et à s’intégrer dans la société.

Actions en cours

Handicap International favorise l’accès des personnes handicapées aux centres d’appareillage et y renforce les services de réadaptation. Elle forme notamment des kinésithérapeutes ou fournit du matériel pour la confection d’appareillages. Handicap International intervient également auprès des acteurs de la santé maternelle et infantile afin de renforcer la détection précoce du handicap auprès de la mère et de l’enfant.

Handicap International veille à l’intégration des enfants handicapés dans le système scolaire et à leur prise en compte dans la politique d’éducation nationale du pays. L’association collabore également avec les services sociaux afin d’améliorer l’accompagnement des jeunes handicapés, et notamment de favoriser leur accès à un emploi. L’association accompagne également les femmes opérées de fistules à obtenir un emploi et à se sentir intégrées dans leur communauté.

Handicap International contribue à la réduction des violences sexuelles envers les enfants, et en particulier les enfants handicapés. Les victimes de violences sont orientées afin de bénéficier d’une prise en charge directe et appropriée. L’association mène également des actions de sensibilisation auprès des élèves dans 20 écoles au sujet des risques liés aux engins non explosés, et mène des actions de plaidoyer au niveau national.

Handicap International soutient les organisations de personnes handicapées et mène des actions de plaidoyer afin de faire valoir leurs droits.

Domaines d’intervention

  • Combattre les discriminations envers le handicap
  • Appareiller et rééduquer
  • Prévenir le handicap chez la mère et l’enfant
  • Scolariser les enfants handicapés
  • Renforcer le réseau associatif
  • Protéger les populations vulnérables
  • Insérer les personnes handicapées dans le monde du travail
  • Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Situation du pays

Plus de 67 % de la population burundaise vit en-dessous du seuil de pauvreté. Le pays connaît une croissance économique assez faible et souffre d'un taux d'inflation élevé. C’est aussi l’un des pays africains les plus densément peuplés. Il est classé 184e sur 187 selon l’indice de développement humain (PNUD 2014).

Dans le domaine de la santé, le Burundi affiche des statistiques inquiétantes concernant le taux de mortalité néonatale et celui de la mortalité maternelle. Les pathologies liées à la grossesse et à l’accouchement occupent la troisième place parmi les causes de décès enregistrés dans les hôpitaux pour les plus de 15 ans. De nombreuses femmes présentent une fistule obstétricale, séquelle d’un accouchement difficile, et perdent la vie lors de l’accouchement.

En matière de mortalité, les femmes et les enfants de moins de 5 ans paient un lourd tribut. Les maladies à évolution chronique telles que le sida, la tuberculose, le diabète, l’hypertension artérielle, l’asthme, les cardiopathies, les maladies mentales, ainsi que les violences physiques – sexuelles, accidents sur la voie publique, guerre – sont à l’origine de nombreuses incapacités physiques et mentales.

Enfin, depuis 1993, les effets d’une situation politique et sécuritaire instable dans la région entraînent d’importants mouvements de populations : les réfugiés, originaires pour la plupart de la République démocratique du Congo, mais aussi les déplacés internes, se comptent par milliers. Depuis avril 2015, suite au climat politique instable qui affecte le pays, plus de 190 000 Burundais ont fui le pays et se sont réfugiés en Tanzanie, au Rwanda, en République démocratique du Congo et en Ouganda.

Quelques chiffres

  • Une équipe composée de 68 personnes
  • Date d’ouverture du programme : 1992

Pour en savoir plus sur nos projets dans ce pays, ainsi que les principaux bailleurs de fonds qui financent nos actions :