Colombie

En Colombie, Handicap International favorise la participation des personnes handicapées - notamment les victimes de conflits armés et de mines antipersonnel, dans la société. L’association a également obtenu son accréditation officielle en tant qu’organisation civile pour le déminage humanitaire et lance ses premières activités de déminage, de sensibilisation des communautés aux risques de mines/restes explosifs de guerre et poursuit ses activités d’assistance aux victimes.

Actions en cours

En Colombie, le système de prise en charge des personnes handicapées est déficient. Or, les besoins sont énormes. Handicap International travaille donc à améliorer la qualité et l’accessibilité des services de réadaptation. L’association renforce aussi les compétences du personnel de réadaptation et accompagne les politiques afin qu’ils adaptent les méthodes proposées dans le domaine de la réadaptation.

L’association apporte également un appui aux organisations de personnes handicapées afin qu’elles participent aux décisions relatives à l’intégration des personnes les plus vulnérables dans la société, et que leurs droits soient mieux reconnus. De plus, Handicap International intervient pour que les personnes handicapées aient accès à un emploi, notamment en créant des espaces de formation professionnelle.

En Colombie, pays fortement affecté par la violence armée, les mines sont omniprésentes dans les zones de confrontation. Des milliers de personnes sont victimes de ce fléau, et la grande majorité des survivants souffrent d’un handicap. Handicap International intervient dans dix départements colombiens et apporte une assistance aux victimes. Elle leur assure une prise en charge médicale et psychologique, et renforce leur autonomie. Handicap International projette également d’intervenir en tant qu’acteur du déminage dans le pays.

Enfin, l’association a renforcé la protection et l’accès à l’alimentation de plus de 500 familles très vulnérables face aux violences armées dans 10 communautés du département d’Antioquia. Elle a, entre autres, mis en place des abris pour les populations, fait en sorte qu’elles aient accès à de la nourriture et mis en place un programme de réorganisation de l’agriculture et de l’élevage.

Domaines d'intervention

  • Appareiller et rééduquer
  • Accompagner les victimes de mines
  • Déminer les terres
  • Eduquer au danger des mines et restes explosifs de guerre
  • Secourir les victimes (du conflit)
  • Renforcer le réseau associatif
  • Insérer les personnes handicapées dans la société

Situation du pays

La Colombie est le 2e pays au monde où les mines antipersonnel font le plus de victimes – plus de 11 100 en 25 ans. Et selon Handicap International, 80% des survivants de violences armées souffrent d’un handicap.

Les 50 années de guerre civile qui ont marqué la Colombie ont entrainé la pollution des sols de 31 des 32 départements du pays, la Colombie devenant le deuxième pays le plus miné au monde, juste après l’Afghanistan. Depuis 1990, l’usage des engins explosifs improvisés est devenu systématique. Parmi ces victimes, près de la moitié sont des civils, souvent vivant dans des zones reculées et sans accès direct aux centres de santé ni aux soins de réadaptation. Et 26 % d’entre eux sont des enfants, particulièrement vulnérables. Décès, blessures, handicaps à long terme et traumatismes psychologiques, ces accidents entrainent de lourdes conséquences auprès des victimes.

Aujourd’hui, bien que le pays soit encore fortement affecté par un climat de violence (notamment par la violence et la délinquance armées, les bandes de narcotrafics et l’exploitation de mines d’or), un accord de paix historique a été signé le 26 septembre 2016 entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Handicap International, accréditée en juillet 2016 comme un des quatre acteurs officiels de déminage humanitaire dans le pays, se prépare à lancer des opérations de déminage des terres polluées sur une période de cinq ans dans les six départements les plus contaminés (départements d’Antioquia, Cauca, Caquetá, Córdoba, Nariño et Meta).

Quelques chiffres

  • Une équipe composée de 34 personnes.
  • Date d'ouverture du programme : 1998

Pour en savoir plus sur nos projets dans ce pays, ainsi que les principaux bailleurs de fonds qui financent nos actions :