Chaise de coiffeur hydraulique

  • Ingrid debout dans son fauteuil adapté, derrière la cliente installée dans le siège mis au point par Frank
  • L'arrière du siège et la commande manuelle

Ingrid est coiffeuse de profession. Après son accident, elle ne pouvait plus utiliser son siège de coiffeur et exercer sa profession semblait devenu impossible. Son mari, Frank, a construit une chaise ingénieuse pour les clients, de sorte qu'Ingrid a pu continuer à jouer avec ses ciseaux. 

Il y a quelques années, Ingrid exerçait le métier de coiffeuse dans le salon de coiffure qu'elle avait installé à son domicile. Suite à un grave accident en 2014, elle s'est retrouvée en fauteuil roulant. Elle pouvait dire adieu à la coiffure, voilà le message qu'elle et son mari Frank entendaient partout. 

Son mari s'est mis à la tâche et a transformé une chaise classique pour les clients en chaise hydraulique qu'Ingrid peut utiliser depuis son verticalisateur.

Il a monté une chaise de coiffeur existate sur un nouveau socle électro-hydraulique. Ce socle est réglable et compense la position statique d'Ingrid. Elle peut également faire pivoter la chaise dans toutes les directions et bien positionner la tête du client pour travailler de façon optimale.   

Ingrid ne peut évidemment pas utiliser une pédale avec ses pieds. Frank a donc prévu une commande manuelle sur le dossier de la chaise. Les interrupteurs sont munis de lampes LED pour être facilement visibles sous la cape.

Aujourd'hui, Ingrid peut toujours exercer son métier de coiffeuse. Sa revalidation prime sur sa profession. Mais pouvoir travailler de nouveau et avoir des contacts avec ses clients lui procure une immense satisafaction.

Cliquez ici et découvrez la vidéo.

 

Matériel

 

Frank  a travaillé à partir d'une chaise de coiffeur existante.

  • Hilox motorized base: 1573 €*
  • Adaptation pour la fabrication d'une commande manuelle : 53 €
  • Adaptation pour le montage d'un siège existant : 6 €

* Remarque de Frank et Ingrid: " Le service social du centre de réadaptation Pellenberg nous a permis d'obtenir un soutien financier du VDAB ( l'équivalent d'Actiris et du FOREM en Région flamande, ndlr) pour l'adaptation du lieu de travail au handicap. Cette aide nous a permis d'achter le socle."