Laos

Plus de 50 ans après les premiers bombardements américains durant la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué par les sous-munitions. Les conséquences sont dramatiques : plus de 50 500 victimes sont à déplorer depuis 1964[1].

Actions en cours

Handicap International agit au Laos pour réduire la menace des sous-munitions et des restes explosifs de guerre. Ses équipes de démineurs s'impliquent aux côtés des villageois laotiens affectés par la présence de ces armes. Elles dépolluent les sols, détruisent ces engins et sensibilisent les populations au danger. Ces actions sont déployées dans trois districts de la province de Savannakhet, particulièrement touchés par les mines et restes explosifs de guerre. Depuis 2006, les équipes de déminage de Handicap International ont nettoyé plus de 3 100 000 m² de terrain et ont détruit près de 19 400 restes explosifs de guerre au Laos.

Parallèlement, l’association conduit des projets de développement afin de réduire les risques de handicap et d’améliorer l'insertion sociale des personnes handicapées. L’accent est mis sur la prévention du handicap chez les enfants de moins de 5 ans. Des spécialistes forment des infirmiers à la santé maternelle, néonatale et infantile et intègrent ces disciplines au sein du système de santé. Dans le cadre de la prévention post- et néonatale, les futurs parents sont sensibilisés aux facteurs pouvant entraîner une grossesse à risque et provoquer un handicap chez l’enfant à naître. On amène aussi les parents et la communauté à mieux comprendre le handicap. En outre, Handicap International s’attache à prévenir et réduire les accidents de la route (projet « sécurité routière »), qui entraînent eux aussi de nombreux handicaps. L’association sensibilise notamment le public et les élèves au sujet des risques liés à la circulation, à l’absence du port de casque, à l’alcool au volant, à l’utilisation du téléphone mobile et aux excès de vitesse.

Handicap International met également l’accent sur l’accès des personnes handicapées à l'emploi ou à l'auto-entreprenariat, à travers un soutien personnalisé et une formation pour monter son projet ou créer sa propre entreprise. L’association s’investit en outre dans la formation des associations de personnes handicapées à la défense de leurs droits.

Enfin, Handicap International améliore la prise en charge des personnes nécessitant des soins de réadaptation. L’association collabore avec les organismes publics pour développer le secteur de la réadaptation dans le pays et former des professionnels de la réadaptation.

Domaines d’intervention

  • Déminer les terres
  • Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
  • Appareiller et rééduquer
  • Prévenir les causes de handicap
  • Insérer les personnes handicapées dans le monde du travail
  • Combattre les discriminations envers le handicap

Situation du pays

Cinquante ans de menace quotidienne par les sous-munitions entravent toujours le développement du pays, considéré comme l’un des plus pauvres du monde.

La République démocratique populaire du Laos est le pays le plus fortement pollué par les restes explosifs de guerre. Quelque 80 millions d'engins non explosés, principalement des sous-munitions larguées il y a 50 ans par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam, contaminent 15 des 17 provinces du Laos. Elles sèment encore la terreur parmi la population, tuant et mutilant sans discrimination. Depuis 1964, plus de 50 500 personnes ont été tuées ou blessées par un accident dû à un reste explosif de guerre, dont près de la moitié en temps de paix. Malgré une réduction du nombre de victimes au cours des cinq dernières années, entre 40 et 50 nouvelles victimes sont encore à déplorer chaque année. Une situation d’autant plus inacceptable que les enfants sont les premiers touchés.

Le Laos est l’un des pays les plus pauvres du monde. Il est confronté à des défis majeurs, notamment celui de réduire un taux de malnutrition très élevé. L'accès aux services de santé est très limité dans les zones rurales, où le personnel soignant manque cruellement de compétences et de formations.

Quelques chiffres

  • Une équipe composée de 212 personnes
  • Date d'ouverture du programme: 1983

[1] Nombre de victimes connues fin 2013. Landmine and Cluster Munition Monitor, mise à jour en juin 2015

Pour en savoir plus sur nos projets et nos principaux bailleurs de fonds :