L’hiver syrien a assez duré: appel à l’assistance à population en danger

La crise violente qui touche la Syrie depuis déjà deux ans a déjà fait énormément de victimes. Quatre millions de personnes sont totalement dépendantes de l’aide humanitaire. Les organisations humanitaires ne peuvent résoudre le conflit, mais ne ferment pas les yeux pour autant. Plus d’aide humanitaire est nécessaire. Aider plus est possible!

Les cinq organisations humanitaires qui constituent le consortium 12-12 (Caritas International, Handicap International, Médecins du Monde, Oxfam-Solidarité et UNICEF Belgique) appellent au soutien de leurs programmes d’aide d’urgence aux victimes de la guerre civile syrienne.

En Syrie, au printemps arabe a succédé un hiver dur, long et sanglant. Un million de citoyens – 8000 par jour - ont fui vers les pays frontaliers, où ils ont été accueillis par des familles ou dans des camps de réfugiés. Deux millions de syriens sont déplacés au sein de leur propre pays ; en tout, ce sont quatre millions de citoyens qui sont totalement dépendants de l’aide humanitaire : eau, nourriture, médicaments et soins…

Les organisations humanitaires participent à l’accueil des réfugiés dans les pays voisins : le Liban, la Jordanie, l’Irak, l’Iran, la Turquie…Certaines sont également actives sur le territoire syrien, dans un contexte particulièrement périlleux. Une grande discrétion est de mise. Ces organisations travaillent souvent avec les communautés et réseaux locaux (entre autres médicaux), afin de s’assurer que les secours parviennent effectivement aux victimes.

En janvier, les Nations Unies estimaient à - au moins – 500 Millions USD (€ 390 million) le soutien nécessaire au financement de 6 mois d’aide humanitaire.

UNICEF Belgique, Oxfam Solidarité, Médecins du Monde, Handicap International et Caritas International sont actifs en Syrie et dans les pays voisins, souvent depuis longtemps, seuls ou avec leurs structures internationales. La durée de cette et son aggravation récente, amènent ces organismes à lancer un appel de soutien à la population belge, afin de permettre la poursuite et l’élargissement de leurs actions humanitaires.

Pour plus d’information et pour faire vos dons (communication : « Aide urgente Syrie ») :

·        Caritas International – BE88 0000 0000 4141

www.caritas-int.be

·        Handicap International – BE80 0000 0000 7777

http://www.handicapinternational.be

·        Médecins du Monde  – BE26 0000 0000 2929

www.medecinsdumonde.be

·        Oxfam-Solidarité – BE37 0000 0000 2828

www.oxfamsol.be

·        UNICEF Belgique – BE31 0000 0000 5555

www.unicef.be

 

 

·        UNICEF Belgique

Depuis le début de la crise, l’UNICEF et ses partenaires ont axé leur intervention sur l’approvisionnement en eau potable, la mise en place de moyens d’assainissement, ainsi que de services éducatifs, de santé et de protection de l’enfant à destination des familles déplacées dans le pays même, y compris dans les zones hors contrôle gouvernemental. Cette action s’étend également aux populations syriennes réfugiées dans les pays voisins (Jordanie, Irak, Turquie, Liban, Egypte).

Grâce à ces efforts, quatre millions de personnes ont maintenant accès à de l’eau potable en Syrie. Des unités sanitaires mobiles ont aidé à vacciner jusqu’à 1,5 million d’enfants contre la rougeole et la polio. Quelque 75.000 enfants touchés par la crise sont inscrits à présent dans des écoles ou des clubs scolaires où ils peuvent rattraper leur scolarité perdue et retrouver un semblant de normalité.

En Jordanie, au Liban, en Iraq et en Turquie, l’UNICEF aide plus de 300 000 enfants réfugiés en leur procurant de l’eau salubre, un assainissement adéquat, une éducation et des soins dispensés par des spécialistes et en les protégeant contre l’exploitation et la maltraitance.

·        Oxfam-Solidarité

Oxfam en soutien des réfugiés syriens

Les afflux de réfugiés se poursuivent en Syrie. Selon les Nations Unies, plus d’1,1 million de personnes ont fui vers les pays limitrophes afin de se trouver en sécurité. Alors que la pression augmente pour les organisations humanitaires, n’ont jusqu’ici été versé que 27,5% des 1,5 milliard de dollars d’aide promis lors de la conférence des donateurs au Koweit. 

Oxfam a étendu ses programmes en Jordanie et au Liban afin de soulager un peu les réfugiés syriens de leur fardeau.

>En Jordanië, Oxfam installe des sanitaires et des accès à l’eau pour près de 15.000 personnes dans le camp de Zaatari. Nous construisons un château d’eau et des installations de contrôle de la qualité de l’eau. Nous cherchons aussi à voir comment venir en aide dans les mois à venir aux réfugiés qui vivent hors du camp.

>Au Liban, nous aidons les réfugiés palestiniens et syriens qui fuient la Syrie. Des organisations partenaires d’Oxfam ont distribué des couvertures et des kits d’hygiène, en plus de poêles et de carburant. Elles assurent aux réfugiés un accès aux services de base. Et depuis le début 2013, nous avons aussi distribué des habits d’hiver, des matelas, des couvertures, des tapis, des ustensiles de cuisine, des bâches en plastique, etc. Durant les mois à venir, nous soutiendrons les familles les plus dans le besoin en leur fournissant de l’argent liquide. Au total, nous estimons à 32.000 le nombre de réfugiés que nous aiderons au Liban.

Notre ambition est d’atteindre les 120.000 bénéficiaires entre la Jordanie et le Liban. Pour le moment, il n’y a pas d’action humanitaire en Syrie de la part d’Oxfam, faute de permission officielle. C’est donc via l’ONU et les canaux officiels que nous tentons de venir en aide aux personnes qui y sont dans le besoin.

·        Médecins du Monde

Médecins du Monde en Syrie et dans ses pays frontaliers : plus que jamais présents !

Après deux ans de conflit et de répression des droits humains et du droit humanitaire, Médecins du Monde intensifie son action pour venir en aide aux populations déplacées et soigner les blessés.

En octobre 2012, MdM a ouvert un centre de santé dans le camp de Qah, peuplé à 80 % de femmes et d’enfants. A ce jour, plus de 9000 consultations ont été réalisées.

Dans la ville de Qah, un deuxième centre de santé ainsi qu’un centre post-partum ont été installés pour les femmes venant d’accoucher et vivant dans les camps de la région. Une dizaine de lits permet d’accueillir, pendant cinq jours, mère et enfant. Des soins postnataux sont également dispensés. Des infirmières et des médecins syriens assurent les consultations avec notre aide.

Récemment, la mise en place d’une clinique mobile dans la région permet à nos équipes de venir en aide aux populations qui n’ont pas accès aux soins.

À défaut pour nos équipes de pouvoir se rendre à Alep ou Homs, nous y faisons parvenir des médicaments et assurons la distribution de kits chirurgicaux. En parallèle, nos équipes continuent de porter assistance aux 150.000 syriens qui se sont réfugiés dans les camps frontaliers en Jordanie (Ramtha) et au Liban (Beqaa). 

Les équipes de MdM sont présentes depuis 2008 dans la région, ont approvisionné plus de 10 cliniques en médicaments et matériel médical, et ont formé plus de 300 médecins et infirmiers.

·        Handicap International

Depuis l’été 2012, Handicap International va la rencontre des réfugiés les plus vulnérables pour leur apporter un soutien spécifique. L’association a déployé 18 Points relais fixes et mobiles au Liban et en Jordanie. D’ici à la fin juin, 36.000 personnes auront été assistées dans le cadre de cette action. Selon leurs besoins, Handicap International leur propose

·         des aides à la mobilité / aides techniques (fauteuils roulants, béquilles, kits hygiène, matelas…)

·         des orthèses ou des prothèses produites par notre partenaire local

·         des séances de réadaptation avec nos kinésithérapeutes

·         des activités psychosociales

Au Liban et en Jordanie, Handicap International soutient les cliniques qui prennent en charge les réfugiés blessés. L’association leur fournit des équipements de réadaptation et organise des séances de kinésithérapie afin d’éviter ou de limiter de futurs handicaps.

Depuis début 2013, Handicap International a également mis en place ces activités en Syrie. Actuellement une dizaine de personnes interviennent dans trois hôpitaux et dans quatre camps de déplacés. Un centre de réadaptation a été ouvert et un atelier de fabrication de prothèses devrait être opérationnel dans les prochaines semaines.

Au Liban, dans la vallée de la Bekaa où les hivers sont rudes. Handicap International a aussi distribué des kits d’isolation et des poêles aux personnes ayant fui la Syrie.

En Jordanie, des actions spéciales sont menées pour préparer le retour des populations. En effet, elles seront alors menacées par les restes explosifs de guerre qui joncheront leur chemin, voire leur maison. 9.000 personnes ont déjà bénéficié de séances de sensibilisation.

·        Caritas International

Depuis l’éclatement de la crise en Syrie en 2011, les équipes de volontaires de Caritas Syrie viennent en aide aux déplacés et aux victimes de violences. Quand la situation le permet, leur action se concentre   à Alep et à Homs.

Entre-temps, le conflit a pris les proportions d’une catastrophe humanitaire à grande échelle, avec plus de 2 millions de personnes déplacées internes et 1.000.000 réfugiées dans les pays voisins. Avec le soutien du réseau mondial Caritas, dont celui de Caritas International Belgique, les Caritas locales au Liban (Nord du Liban, Beyrouth et plaine de la Bekaa), en Jordanie (Irbid, Balqa, Amman, Mafraq et  Zarqa) et à la frontière turque (Reyhanli et Kilis) offrent de l’aide aux personnes les plus démunies : nourriture, draps, matelas, vêtements, kits d’hygiène, chauffage, aide médicale et psychosociale aussi bien dans les camps que via leurs centres sociaux. En Syrie, les équipes de Caritas sont présentes en diverses régions (Hassaké, Alep, Homs, Damas, Horan). Le réseau Caritas aide ainsi environ 100 000 personnes.