Accès direct au contenu

Crise syrienne : la faim se répand dans un contexte de pandémie et d'effondrement économique

Bruxelles, le lundi 29 juin 2020 - Sept organisations humanitaires demandent aux Etats participants à la conférence des donateurs sur la crise syrienne,  qui se tient à Bruxelles les 29 et 30 juin, de trouver des réponses adéquates face à l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la situation humanitaire en Syrie. 

Les Syriens qui ont déjà enduré près de dix ans de guerre et de déplacements forcés sont maintenant confrontés à un risque de famine sans précédent. Handicap International et six organisations humanitaires alertent sur la dégradation de la situation humanitaire en Syrie à l’approche d'une conférence annuelle cruciale sur la crise syrienne.
 
A cause des restrictions liées à la COVID-19,  de l'effondrement de la livre syrienne et du déplacement forcé de millions de personnes, un nombre sans précédent de familles en Syrie se retrouvent dans l’impossibilité de se nourrir ou d’obtenir des revenus suffisants pour se procurer les produits de première nécessité. 9,3 millions de Syriens vont dormir le ventre vide et plus de 2 millions d'autres risquent de connaître le même sort – soit une augmentation de 42 % des Syriens menacés d'insécurité alimentaire depuis 2019.
 
Organisée par l'Union européenne et les Nations unies le 30 juin, la conférence de Bruxelles sur la Syrie a pour but de collecter des fonds et de prendre des décisions politiques fortes pour aider les Syriens à l'intérieur du pays et ceux refugiés dans les pays frontaliers. Les organisations humanitaires Oxfam, Handicap International, CARE International, World Vision International, International Rescue Committee, Mercy Corps, and the Norwegian Refugee Council avertissent que sans une augmentation du financement de l’aide humanitaire et une amélioration de l'accès humanitaire, de nombreux Syriens, dont les réfugiés dans la région, seront laissés dans une situation de pauvreté. Près d'une décennie de guerre a plongé les Syriens dans une spirale de désespoir et de misère qui ne cesse de s'aggraver chaque année. L'aide internationale est plus que jamais nécessaire.
 
Dans le Nord-Ouest de la Syrie, le cessez-le-feu négocié entre la Turquie et la Russie est de moins en moins respecté, avec des combats et des bombardements aériens signalés depuis le mois de mai. Les gouvernorats d'Idlib et du nord d'Alep, qui abritent plus de 4 millions de personnes - dont beaucoup ont été déplacées à plusieurs reprises - sont confrontés à une catastrophe potentielle en cas d'épidémie de COVID-19.  Beaucoup vivent dans des camps de fortune insalubres et surpeuplés ou dorment à la belle étoile. L'eau est rare et les infrastructures sanitaires sont détruites. Ces dernières semaines, une nouvelle vague de violence dans le sud d'Idlib a forcé des centaines de familles à fuir dans la précipitation et à quitter à nouveau leurs maisons ou leurs tentes.
 
Dans le Nord-Est de la Syrie, les premiers cas de COVID-19 ont été confirmés il y a plus d'un mois. Le manque de préparation suscite de fortes inquiétudes. Les capacités de test sont largement insuffisantes, les établissements de santé sont sous-équipés et la principale station de pompage d'eau qui fournit 460 000 personnes tombe régulièrement en panne. Comme dans le Nord-Ouest, il est particulièrement difficile de prendre des mesures pour prévenir la propagation du Coronavirus dans les nombreux camps surpeuplés et les campements informels.

Dans les zones contrôlées par le gouvernement, comme dans les pays voisins qui accueillent des réfugiés, les Syriens sont confrontés à la menace de la COVID-19, à l'impossibilité de travailler et à une crise économique croissante dans la région, rendant leur situation plus difficile que jamais.
 
Les organisations humanitaires appellent les dirigeants internationaux à apporter un soutien financier aux Syriens dans leur pays et aux Syriens réfugiés dans la région pour leur donner une chance non seulement de survivre, mais aussi de reconstruire leur vie dans la sécurité et la dignité. Nous demandons également au Conseil de sécurité des Nations unies de renouveler la résolution sur l’aide transfrontalière à la Syrie pour une période de 12 mois et d’autoriser à nouveau l'accès au Nord-Est du pays pour que les personnes vulnérables puissent recevoir une aide vitale. Il est crucial d'améliorer l'accès aux personnes dans le besoin dès maintenant afin que les organisations humanitaires puissent soutenir les familles qui luttent contre la pandémie et la crise économique qui traverse le pays.
 
Signataires:
Oxfam 
Handicap International
CARE International
World Vision International
International Rescue Committee
Mercy Corps
Norwegian Refugee Council

Published on: 29 juin 2020
Diana Diana Diana Diana

PRENEZ CONTACT AVEC
DIANA VANDERHEYDE

+32 489 77 92 77
d.vanderheyde@hi.org