Accès direct au contenu

Deux équipes auprès des blessés et des plus vulnérables

Urgence
A Abidjan, Handicap International intervient pour assurer le suivi des blessés dans les hôpitaux. Une seconde équipe, basée au Libéria voisin, apporte un soutien aux familles réfugiées.
Un blessé est soigné dans l'hôpital

A Abidjan, Handicap International intervient pour assurer le suivi des blessés dans les hôpitaux. Une seconde équipe, basée au Libéria voisin, apporte un soutien aux familles réfugiées.

Handicap International intervient depuis cette semaine à Abidjan, pour assurer des soins de réadaptation d'urgence auprès des blessés dans les hôpitaux, suite aux combats qui ont fait rage pendant plusieurs semaines dans le pays, et particulièrement dans la capitale économique. Une équipe est arrivée dans la ville dimanche dernier. La mission de l'association est donc d'intervenir en coordination avec les ONG médicales pour assurer ce suivi indispensable des blessés, effectuer les soins de kinésithérapie nécessaires et éviter ainsi les séquelles définitives.

Auprès des réfugiés à la frontière libérienne

"Nous nous trouvons à Zwedru, au Libéria, à proximité de la frontière avec la Côte d'Ivoire, explique Cécile Dupré, de la seconde équipe d'urgence. Malgré l'évolution de la situation à Abidjan, nous voyons encore arriver des familles de réfugiés, qui viennent de zones rurales, souvent de l'autre côté de la frontière. Il est d'autant plus important d'agir que les familles d'accueil, déjà très démunies, se trouvent déstabilisées par cette charge supplémentaire". Une première antenne handicap (DVFP*), composée de personnels locaux, intervient donc depuis quelques jour dans le secteur de Zwedru auprès des personnes les plus vulnérables.

"Les personnes que l'on a pu rencontrer sont très fragilisées, il y a des femmes isolées, des enfants qui ont perdu la trace de leur famille, raconte Cécile. Notre mission est de les référencer, d'évaluer les besoins des personnes les plus faibles, pour leur apporter une aide spécifique, en particulier des aides à la marche quand ils ont du mal à se déplacer". Handicap International devrait également assurer la distribution de kits d'urgence composés de nattes pour dormir, de bâches plastique pour s'abriter, de matériel de cuisine ... L'association va également proposer un soutien psychosocial, sous forme de groupes de discussion pour aider les réfugiés à exprimer les moments difficiles qu'ils viennent de traverser. L'équipe d'urgence développe aussi une activité de "protection" qui concerne les violences faites aux femmes. "Dans ce contexte, où les familles sont éparpillées, où de nombreuses femmes se retrouvent isolées, la prévention est essentielle, explique Cécile. Ça passe par des règles simples comme se déplacer en groupe, disposer d'un sifflet pour appeler au secours en cas d'agression".

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».