Go to main content

Indonesie : de la réadaptation pour 2000 victimes de la catastrophe

Réadaptation Urgence
Indonésie
Voilà déjà  mois que les médias nous informaient que l'Indonésie avait subi un sésime et un tsunami. Handicap International est toujours sur place, au chevet des victimes.
Un homme sur une moto roule sur un petit chemin de terre en mauvais état.

Voilà déjà  mois que les médias nous informaient que l'Indonésie avait subi un sésime et un tsunami. Handicap International (HI) est toujours sur place, au chevet des victimes.

Le 28 septembre, la catastrphone naturelle a causé la mort de plus de 2 000 personnes et blessé plus de 4 000 autres. Plus de 68 000 maisons ont été détruites ou endommagées, et plus de 200 000 Indonésiens ont été déplacés. Cinq mois après la catastrophe, la situation reste difficile pour de nombreuses personnes affectées.

« Plus de 170 000 personnes sont toujours déplacées et ont notamment besoin d’un abri, de soins de santé et de soins de rééducation. Une des priorités de Handicap International est de permettre aux personnes blessées de bénéficier de soins de réadaptation afin d’éviter l’apparition de handicap à long terme », explique Cheria Noezar, coordinatrice opérationnelle pour HI en Indonésie.
En collaboration avec IFI (Ikatan Fisioterapis Indonesia) et le ministère des Affaires sociales , notre organisation intervient auprès des personnes affectées * :

  • Réadaptation d’urgence

Deux formations de réadaptation d’urgence ont été menées avec Sudan Rimal, expert en réadaptation pour Handicap International au Népal, et avec l’association IFI, à Makassar City (novembre) et à Palu (janvier). Une vingtaine de kinés ont appris à prendre en charge des victimes suite à une urgence : comment masser un moignon, accompagner une victime traumatisée, etc. Les kinésithérapeutes ont ensuite mené des séances de réadaptation auprès de près de 800 personnes blessées dans les villages de Donggala, Sigi et Palu, et ont distribué plus de 250 béquilles, déambulateurs, chaises roulantes, etc. Ils ont aussi enseigné aux membres des familles de personnes handicapées les gestes de réadaptation à effectuer à domicile. Plus de 1 200 personnes vont prochainement bénéficier de nouveaux soins de réadaptation et recevoir des béquilles, déambulateurs, etc.

  • Tenir compte des plus vulnérables

Handicap International a aussi organisé une formation de sensibilisation sur l’importance de tenir compte des personnes les plus vulnérables (personnes âgées, enfants, personnes handicapées, etc.) dans les interventions d’urgence et de post-urgence. De nombreuses organisations de personnes handicapées, ONG internationales et autres ont participé.

  • Identification des besoins et référencement vers d’autres organisations

HI et IFI  ont aussi rencontré des personnes très vulnérables à leur domicile, identifié leurs besoins et les ont renvoyées vers d’autres organisations partenaires  afin qu’elles puissent bénéficier des services adéquats (soins de santé, éducation, etc.).

[*] En collaboration avec la Tagana Natural Disaster Preparedness Team, mise en place par le ministère des Affaires Sociales et Difagana.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.