Goto main content

Interdire les investissements dans les armes à sous-munitions

Mines et autres armes

D’après un rapport sur les investissements dans les armes à sous-munitions, pourtant interdites, il ressort que 166 banques partout dans le monde investissent toujours 39 milliards de dollars dans la production de sous-munitions. Handicap International appelle les pays européens à interdire ces investissements dans leur législation.

Cambodge, des engins de guerre non explosés stockés avant leur destruction

D’après un rapport sur les investissements dans les armes à sous-munitions, pourtant interdites, il ressort que 166 banques partout dans le monde investissent toujours 39 milliards de dollars dans la production de sous-munitions. Handicap International appelle les pays européens à interdire ces investissements dans leur législation.


La mise à jour annuelle de l’étude “Worldwide Investments in Cluster Munitions: A shared responsibility", réalisée par IKV/Pax Christi et Netwerk Vlaanderen -deux organisations membres des Campagnes internationales contre les mines et les armes à sous-munitions (ICBL-CMC)- montre que dans le monde, 166 institutions financières investissent dans les armes à sous-munitions, une arme qui est interdite par un traité international. Vingt-huit institutions financières de l’Union Européenne ont investit, depuis le 1 mai 2008, 3.27 milliards de dollars dans la production des armes à sous-munitions.

La Convention relative aux armes à sous-munitions interdit le soutien de quiconque s’engage dans une activité interdite par la Convention. Pour Handicap International, il est évident que cela signifie également que les investissements dans les armes à sous-munitions sont aussi interdits. « Chaque forme d’investissement dans les armes à sous-munitions affaiblit le traité » déclare Hildegarde Vansintjan, de l’Unité politique de Handicap International. « Chaque pays ayant interdit les armes à sous-munitions doit donc rendre impossible les investissements dans ce type d’arme au moyen d’une loi. Tant que l’on pourra investir dans les mines et les sous-munitions, ces armes resteront une menace pour les populations civiles. »

Handicap International appelle donc les pays européens à légiférer. Quant à ceux qui disposent déjà d’une loi de ce type, ils doivent veiller à son application. Parmi les pays qui ont adhéré à la Convention, il en est qui investissent encore dans les armes à sous-munitions : l’Allemagne, la France, le Royaume Uni, les Pays-Bas et la Suisse.
 

Pour aller plus loin

 Le recul dangereux de la Lituanie : abandonner l'interdiction des armes à sous-munitions Mines et autres armes

Le recul dangereux de la Lituanie : abandonner l'interdiction des armes à sous-munitions

La Lituanie prévoit de se retirer de la Convention sur les armes à sous-munitions.

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées Mines et autres armes Urgence

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

« Kharkiv est régulièrement bombardée, les gens craignent pour leur vie » !
© HI 2024
Mines et autres armes

« Kharkiv est régulièrement bombardée, les gens craignent pour leur vie » !

Un mois après le début d’une nouvelle offensive russe dans la région de Kharkiv, les bombardements répétés font payer un lourd tribut à la population.