Accès direct au contenu

« Je ne veux pas que ma fille vive la même chose »

Mines et autres armes
Colombie
Irma est née en Colombie, un des pays les plus minés au monde. Enfant, elle a marché sur une mine et perdu sa jambe. Grâce à une prothèse et à l'aide de Handicap International, elle essaie de mener une vie la plus normale possible. Aujourd’hui, elle a une petite fille qu'elle veut protéger à tout prix contre le danger des mines.
Irma serre sa petite fille, assise sur ses genoux, passant sa main sur la tête de l'enfant dans un geste plein d'amour

Irma est née en Colombie, un des pays les plus minés au monde. Enfant, elle a marché sur une mine et perdu sa jambe. Grâce à une prothèse et à l'aide de Handicap International, elle essaie de mener une vie la plus normale possible. Aujourd’hui, elle a une petite fille qu'elle veut protéger à tout prix contre le danger des mines.

Irma, vingt-cinq ans, habite avec sa fille Maria Angel, un an, sa sœur, ses trois frères et ses parents dans une simple maison mitoyenne à Zaragoza, une commune au nord du pays. À l'intérieur, des images de la Vierge et des statues d'anges embellissent les briques en béton gris. Au-dessus de l'entrée se trouvent les mots « Dios es amor », Dieu est amour. C’est à cet endroit-là que le père nettoiera d'une manière ostensible son arme pendant notre conversation avec sa fille.

À la suite d’un accident de mine, la jambe gauche d'Irma a été amputée jusqu'au-dessus du genou. Elle avait onze ans. Elle était partie ramasser du bois mort avec sa famille pour fabriquer des balais. Ils les vendaient pour gagner leur vie. « C'est arrivé tout près de chez nous, à l'endroit où nous allions toujours chercher du bois », raconte-t-elle. « Tout d'un coup, j'ai marché sur quelque chose qui a fait un bruit énorme et qui a fait voler une grande nuée de poussière. J'étais allongée par terre, blessée,  et je criais que je ne voulais pas mourir. »

Un besoin de soins à vie

Irma a été emmenée à l'hôpital et a survécu à l'accident. Mais sa jambe gauche mutilée aura besoin de soins adaptés à vie. Au sein du centre de réadaptation de Medellín, la deuxième plus grande ville de la Colombie, elle a été orientée vers Handicap International. Dès lors, notre organisation a assuré son suivi.

Notre équipe locale en Colombie fait en sorte qu'elle reçoive de la kinésithérapie et fournit une aide logistique, comme le transport vers le centre de réadaptation. Monica, psychologue pour Handicap International, fournit également un soutien psychologique à Irma.

En effet, pour une jeune femme colombienne, ce n'est pas facile de vivre avec un handicap et d'élever son enfant en même temps. Irma s'occupe seule de sa fille, le père l'ayant abandonnée quand elle était enceinte de deux mois. « Parfois, je suis prise de panique, quand je n'ai pas d'argent pour de la nourriture ou pour des couches pour Maria Angel par exemple. Heureusement, Monica parvient à me calmer grâce à ses bons conseils. Pour le reste, je peux presque tout faire pour m'occuper de Maria Angel grâce à ma prothèse. La seule chose à laquelle que je n’arrive pas, c'est courir derrière elle. »

Ambassadrice

Quand Irma a marché sur une mine antipersonnel il y a quelques années, elle ne savait presque rien sur ces armes et les dangers qu'elles représentent. Elle ne veut pas que d'autres personnes vivent ce qui lui est arrivé. C'est pourquoi elle est désormais devenue ambassadrice et rend visite au domicile de ses concitoyens pour les sensibiliser aux mines.

« En faisant en sorte que les autres courent moins de risques, je transforme mon accident en quelque chose de positif. Cela me rend fière. Quand Maria Angel sera assez grande, je lui raconterai tout sur les mines. Je lui donnerai tout le matériel pédagogique que j'ai ici. Ma plus grande peur est qu'elle vive la même horreur que moi, ici dans les collines tout près. Je ferai tout pour l'éviter. »

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.