Goto main content

"On dort dans notre voiture, c’est l’endroit le plus sûr"

Urgence
Syrie

Elyas (pseudonyme) fait partie de l’équipe Handicap International dans le Nord-Ouest de la Syrie. Sa famille et lui ont vécu le tremblement de terre. Ils sont sains et saufs mais encore sous le choc.

Des personnes marchent dans des décombres avec un blessé

Des équipes de recherche et de sauvetage d'urgence fouillent dans les décombres des bâtiments détruits à Hatay, Antakya, en Turquie, suite aux récents séismes. | © T. Nicholson / HI

Les gens crient tout autour de nous.

"Il était environ 4h20 du matin lundi dernier lorsque le tremblement de terre a eu lieu. Ma femme et ma fille de 5 ans dormaient, mais j'étais déjà réveillé. Nous avons ressenti de fortes vibrations et juste après nous avons entendu des cris d'enfants et de femmes dans notre immeuble et à proximité. 

Avec ma famille nous nous sommes précipités dans la rue, qui était déjà bondée de gens qui criaient, pleuraient et appelaient à l'aide. Heureusement, nous sommes sains et saufs mais deux enfants des appartements voisins ont été blessés lorsque les murs de leur habitation se sont effondrés. Je suis profondément triste car certains de mes amis sont décédés.

Nous préférons rester dans nos voitures 

Comme de nombreux habitants de mon quartier, nous avons décidé de rester dans notre voiture avec ma famille, car cela semble être l'endroit le plus sûr pour l’instant et parce que nous avons peur de nouvelles répliques. Nous ne voulons pas retourner dans nos maisons pour l’instant par peur qu’elles s’effondrent dans les prochains jours.  

Hier, je suis retourné très rapidement chez nous pour chercher des couvertures, car il faisait très froid, entre 0 et -3 degrés. Les gens allument des feux dans les rues pour se réchauffer. Heureusement, quelques petits restaurants ont rouvert et fournissent de la nourriture.  

Beaucoup sont sans abri

Des milliers de maisons sont endommagées dans ma ville et aux alentours. Les dégâts causés par le tremblement de terre touchent une très large zone de la région. 

Les gens ont surtout besoin d'abris, de chauffage, de tentes et de couvertures, car beaucoup ont peur de rentrer chez eux et restent dans la rue et d'autres n’ont plus de maison. Je vois aussi beaucoup de personnes blessées ou traumatisées psychologiquement.

Ma fille a peur des répliques et ne cesse de pleurer, mais j'essaie de la réconforter en lui disant que le tremblement de terre est terminé et que cela ne se reproduira plus jamais.

Je suis épuisé, je n’ai pas réussi à dormir jusqu’à présent, mais je vais rester fort pour ma fille et ma famille."

Publié le : 13 février 2023

Pour aller plus loin

Crise au Nord-Kivu : des cliniques mobiles pour fournir des soins indispensables
© HI
Santé Urgence

Crise au Nord-Kivu : des cliniques mobiles pour fournir des soins indispensables

Handicap International déploie des cliniques mobiles dans le Nord-Kivu afin de renforcer l’accès aux soins de santé et apporter une assistance médicale et psychosociale aux populations déplacées par les conflits.

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan
© M. Degue Mohassingar / HI
Prévention Urgence

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan

Le 15 avril 2023 un conflit armé a éclaté au Soudan. Dès le mois de mai 2023, Handicap International s'est mobilisé à l'Est du Tchad pour soutenir et prendre en charge les réfugiés soudanais fuyant la violence.

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Présent au Maroc depuis 1993, Handicap International œuvre aux côtés de ses partenaires pour apporter une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre.