Accès direct au contenu

Yemen: conséquences du blocus

Urgence
Handicap International intervient dans cinq centres de santé et hôpitaux à Sanaa, capitale du Yémen pour apporter, entre autres, des soins en réadaptation et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.).François Olive-Keravec, directeur des programmes de Handicap International au Yémen décrit la situation sur place au moment du blocus, allégé depuis.

Handicap International intervient dans cinq centres de santé et hôpitaux à Sanaa, capitale du Yémen pour apporter, entre autres, des soins en réadaptation et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.).François Olive-Keravec, directeur des programmes de Handicap International au Yémen décrit la situation sur placeau moment du blocus, allégé depuis.

" Suite à l’envoi de missiles sur Ryad, le 4 novembre dernier, la coalition militaire dirigée par l’Arabie Saoudite a imposé, le 6 novembre, le blocus total du pays. Sanaa – où Handicap International mène toutes ses opérations - et son agglomération ont été touchées par une cinquantaine d’attaques aériennes en une semaine. La situation est plus calme maintenant mais on sent une très grande nervosité chez les gens.

Personnellement, je ne m’éloigne pas à plus de 500 mètres de mon bureau et de chez moi. Nous organisons un point sécurité tous les matins avec mon équipe. Avec les autres ONG, nous sommes en lien constant et échangeons de l’information au fil de l’eau...

Sous la pression internationale, l'Arabie saoudite a annoncé qu’elle allégeait le blocus afin de permettre l'acheminement de produits humanitaires. Le port de Hodeida et de l'aéroport de Sanaa ont toutefois des capacités limitées pour accueillir vivres et matériel.

Alors que les importations de fuel sont suspendues, des circuits parallèles sont en train de se mettre en place, évidemment plus chers. Dans les centres de santé et les hôpitaux, il semblerait que la fréquentation soit moins importante à cause des difficultés de déplacement.

Se préparer aux pénuries

Sanaa n’est pas encore trop impactée par le blocus. Ce qui n’est pas le cas dans le reste du pays où les conséquences sont parfois immédiates et lourdes. Il y a eu des ruées sur les stations-services le jour de l’annonce du blocus e dans la capitale. Et puis des bombardements réguliers jusqu’à récemment... Nous sommes une trentaine d’organisations internationales à Sanaa. Presque toutes ont pris leurs dispositions pour se préparer à ce type de risques et continuer leurs opérations. Handicap International possède des stocks de contingence sur l’essence. Nous possédons également deux mois de stocks d’aide à la mobilité. Donc nous pouvons pour l’instant continuer à mener nos opérations presque normalement. Mais si le blocus est maintenu, la situation va rapidement se détériorer. Il est scandaleux dans un pays déjà si durement touché de bloquer l’aide humanitaire."

 

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre
© HI
Santé Urgence

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus
© HI
Santé Urgence

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus

Toute la ville de Fafan est confinée. Mohamed a peur pour sa famille : il craint que la pandémie ne s’étende dans la région. Handicap International est à ses côtés.