Accès direct au contenu

Yemen: conséquences du blocus

Urgence
Handicap International intervient dans cinq centres de santé et hôpitaux à Sanaa, capitale du Yémen pour apporter, entre autres, des soins en réadaptation et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.).François Olive-Keravec, directeur des programmes de Handicap International au Yémen décrit la situation sur place au moment du blocus, allégé depuis.

Handicap International intervient dans cinq centres de santé et hôpitaux à Sanaa, capitale du Yémen pour apporter, entre autres, des soins en réadaptation et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.).François Olive-Keravec, directeur des programmes de Handicap International au Yémen décrit la situation sur placeau moment du blocus, allégé depuis.

" Suite à l’envoi de missiles sur Ryad, le 4 novembre dernier, la coalition militaire dirigée par l’Arabie Saoudite a imposé, le 6 novembre, le blocus total du pays. Sanaa – où Handicap International mène toutes ses opérations - et son agglomération ont été touchées par une cinquantaine d’attaques aériennes en une semaine. La situation est plus calme maintenant mais on sent une très grande nervosité chez les gens.

Personnellement, je ne m’éloigne pas à plus de 500 mètres de mon bureau et de chez moi. Nous organisons un point sécurité tous les matins avec mon équipe. Avec les autres ONG, nous sommes en lien constant et échangeons de l’information au fil de l’eau...

Sous la pression internationale, l'Arabie saoudite a annoncé qu’elle allégeait le blocus afin de permettre l'acheminement de produits humanitaires. Le port de Hodeida et de l'aéroport de Sanaa ont toutefois des capacités limitées pour accueillir vivres et matériel.

Alors que les importations de fuel sont suspendues, des circuits parallèles sont en train de se mettre en place, évidemment plus chers. Dans les centres de santé et les hôpitaux, il semblerait que la fréquentation soit moins importante à cause des difficultés de déplacement.

Se préparer aux pénuries

Sanaa n’est pas encore trop impactée par le blocus. Ce qui n’est pas le cas dans le reste du pays où les conséquences sont parfois immédiates et lourdes. Il y a eu des ruées sur les stations-services le jour de l’annonce du blocus e dans la capitale. Et puis des bombardements réguliers jusqu’à récemment... Nous sommes une trentaine d’organisations internationales à Sanaa. Presque toutes ont pris leurs dispositions pour se préparer à ce type de risques et continuer leurs opérations. Handicap International possède des stocks de contingence sur l’essence. Nous possédons également deux mois de stocks d’aide à la mobilité. Donc nous pouvons pour l’instant continuer à mener nos opérations presque normalement. Mais si le blocus est maintenu, la situation va rapidement se détériorer. Il est scandaleux dans un pays déjà si durement touché de bloquer l’aide humanitaire."

 

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».