Goto main content

6 mois après le séisme, Rema reçoit sa prothèse !

Mines et autres armes Réadaptation Santé Urgence
Syrie

Le 6 février dernier, Rema a été piégée sous les décombres de son habitation. Retrouvée vivante au bout de 30 heures, elle a du être amputée. Elle témoigne.

Rema, 13 ans, a été amputée de la jambe durant le séisme qui a frappé la Turquie et le Nord-Ouest de la Syrie. Suivie au sein de l’hôpital Aqrabat, partenaire de HI, elle vient de recevoir sa première prothèse

Rema, 13 ans, a été amputée de la jambe durant le séisme qui a frappé la Turquie et le Nord-Ouest de la Syrie. Suivie au sein de l’hôpital Aqrabat, partenaire de HI, elle vient de recevoir sa première prothèse | © HI 2023

Le jour où la terre a tremblé


Lorsqu’elle se rappelle le 6 février 2023, Rema contient difficilement ses larmes. Impossible pour la jeune fille d’oublier ce jour où, dit-elle, elle a tout perdu : les deux êtres qui lui étaient très chers, son père et sa nièce. En février dernier, elle racontait à nos équipes ce qui lui était arrivé :


« Alors que nous dormions, nous avons senti un séisme très puissant, d’autant plus que nous étions au troisième étage. Évidemment, plus vous montez haut, plus vous sentez les secousses. C’était vraiment très fort. Notre porte était fermée. Il a fallu un moment pour l’ouvrir. J’ai ouvert la porte pour mes parents et nous sommes sortis ensemble. Mes parents étaient encore dans l’escalier lorsque j’allais atteindre la porte d’entrée de l’immeuble. C’est alors que quelque chose m’est tombé dessus. J’ai essayé de l’enlever mais je n’ai pas réussi. Puis, il y a eu une réplique et tout le toit s’est écroulé sur moi, du coup je ne pouvais plus me sortir de là. Toute ma famille est sortie.
Je suis restée là et je criais. Ma sœur m’a entendue. Elle est descendue informer nos proches en leur disant que j’étais toujours vivante. Ils sont revenus et ont commencé à dégager les décombres autour de moi. Ils ont commencé par me dégager le bras et les cheveux. Ils ont creusé dans ma direction. Juste à côté de moi, il y avait un cadavre. Le cadavre d’un enfant qui devait avoir une douzaine d’années. J’avais très mal car j’étais écrasée par des pierres. Ils ont réussi à dégager l’espace autour de moi et cela m’a quelque peu soulagée. Ils m’ont apporté de l’eau et m’ont fait boire un peu de jus. Je suis restée 30 heures sous les décombres. »


Plusieurs opérations et des séances de kinésithérapie


La jambe écrasée sous les gravats, Rema a été amputée sur place avant d’être transférée à l’hôpital. Elle a dû être opérée plusieurs fois de la jambe avant de commencer ses premières séances de kinésithérapie. Suivie au sein de l’hopital Aqrabat, partenaire de HI dans le Nord-Ouest syrien, l’adolescente a pu compter sur toute l’équipe médicale, médecins, kiné, psychologues. Sa kinésithérapeute, Asma, explique comment au fil des mois, des liens très forts se sont créés :


« J’ai senti qu’il fallait que je reste auprès d’elle tout le temps et à chaque pas. J’ai imaginé un plan dans ma tête qu’il fallait suivre. Je savais que cela allait prendre beaucoup de temps. Cependant, je me suis efforcée de croire que Rema allait remarcher car j’ai senti qu’elle avait la force et la volonté d’ atteindre l’objectif que nous nous étions fixé. Pour moi, Rima n’est pas seulement une patiente, c’est aussi une amie et même plus que cela. Je suis très heureuse de la voir marcher»


Marcher seule pour rejoindre l’école


Après de longs mois de convalescence et de rééducation, Rema a pu essayer sa première prothèse de jambe le mois dernier. Un moment de stress et de bonheur, des émotions mélangées pour la jeune fille.


« J’étais heureuse à l’idée de pouvoir de nouveau marcher seule, pour aller à l’école ou faire ce que j’ai envie de faire à la maison. Mais en même temps, j’avais peur de ne pas supporter la prothèse, de boiter, de ne pas réussir à marcher comme avant, que cela soit un handicap ».


Désormais, Rema est fière de pouvoir se déplacer de manière autonome, et reprend le cours de sa vie… « presque » comme avant. Elle a aussi validé haut la main son brevet des collèges. C’était dit-elle, le souhait de son père, « qu’elle se devait d’exaucer » en sa mémoire.


Un tremblement de terre de magnitude 7,8 a frappé la Turquie et la Syrie dans la nuit du 6 février 2023 faisant 45 089 morts (SAKOM) en Turquie et près de 6 000 morts en Syrie (ONU) sans compter les dizaines de milliers de blessés.

Depuis le 6  2023, dans les régions d'Idleb et d'Alep Nord, les équipes de santé HI (personnel HI et partenaires HI) ont répondu à l'urgence dans 13 hôpitaux en plus de 13 abris collectifs.

Au total, 10 500 blessés ont été évalués et ont bénéficié de services de réadaptation pour un total de plus de 22 000 séances. 8 000 dispositifs d’aide à la mobilité ont été délivrés, ainsi que 300 prothèses et orthèses. Les équipes de soutien psychosocial ont pu fournir des premiers soins psychologiques à 8 300 personnes dans les régions d'Idleb et d'Alep Nord.
3 500 personnes ont également bénéficié de sessions de sensibilisation aux dangers des engins explosifs ainsi que des messages de sécurité en cas de tremblement de terre.

 

 

 

Publié le : 31 juillet 2023

Pour aller plus loin

Les besoins en réadaptation augmentent en flèche à Gaza
© HI
Réadaptation Urgence

Les besoins en réadaptation augmentent en flèche à Gaza

Alors que les violences font rage à Gaza, le nombre de blessés augmente en flèche. Un grand nombre d’entre eux risquent d’avoir des handicaps permanents.

Gaza: Handicap International est consternée par la tragédie qui se déroule à Rafah
© S. Hejji - HQ
Urgence

Gaza: Handicap International est consternée par la tragédie qui se déroule à Rafah

Les directeurs généraux de plusieurs ONG et organisations de défense des droits de l'homme, dont Handicap International, publient une déclaration commune, demandant l'arrêt immédiat du plan militaire d'Israël.

Les Philippines, touchées par des inondations dévastatrices
© Maria Clarissa Manalastas / HI
Urgence

Les Philippines, touchées par des inondations dévastatrices

Au moins 1,4 million de personnes ont été touchées et plus de 411 000 ont dû fuir en raison des inondations massives dans plusieurs régions de l'île de Mindanao, dans le sud des Philippines.