Goto main content

Blessé par la guerre en Syrie, l’histoire d’Omar

Mines et autres armes Réadaptation
Syrie

Amputé de sa jambe à cause d'un éclat d'obus, Omar a fui la Syrie avec sa famille, il vit maintenant en Jordanie où il a reçu un traitement de réadaptation physique et une nouvelle prothèse.

Omar assis sur une chaise au centre de réadaptation de Handicap International en Jordanie

Omar au centre de réadaptation de Handicap International en Jordanie | © Saleh Aliwa - HI

Omar, 35 ans, est originaire de Daraa, en Syrie. Marié et père d’un fils et de deux filles, Omar et une partie de sa famille ont fui un pays déchiré par la guerre en 2013 pour trouver refuge à Irbid, une ville du nord de la Jordanie.

En 2012, Omar avait alors à peine 24 ans. Ce jour-là, il passait un peu de temps dans son jardin quand il a été blessé par un éclat d’obus tiré par un char. Il était seul chez lui mais a pu compter sur ses voisins pour venir l’aider.

Omar raconte : « Je ne me souviens de rien, seulement que je me suis réveillé à l’hôpital. »

À son réveil, quelqu’un lui a expliqué ce qu’il s’était passé. Ses voisins ont fait venir un médecin chez lui. Le médecin a ensuite emmené Omar dans un hôpital de campagne installé dans un tunnel souterrain, où une équipe médicale a immédiatement procédé à l’amputation de sa jambe droite, en-dessous du genou.

Après deux jours seulement, il a été renvoyé à la maison – ou du moins ce qui en restait – pour sa convalescence. Il a alors reçu des béquilles et un docteur a commencé à vérifier l'état de ses blessures régulièrement lors de visites à domicile. Une fois la jambe cicatrisée, Omar reçu sa première prothèse tibiale.

En 2013, Omar a fui la Syrie pour la Jordanie avec sa femme et sa fille, tandis que le reste de sa famille – son fils notamment – restait au pays. À son arrivée en Jordanie, sa prothèse était en très mauvais état. Le UNHCR (Agence des Nations Unies pour les réfugiés) l’a orienté vers H.I. pour recevoir un traitement de réadaptation et un nouvel appareillage orthopédique.

La crise syrienne

On estime qu’environ un million de Syriens – enregistrés ou non – vivent en Jordanie actuellement. Ce qui représente environ 10 % de la population. Cette augmentation de la population a mis sous pression les infrastructures locales, les biens et les services.

H.I. a lancé des projets de réponse à la crise syrienne en Jordanie à l’été 2012. Jusqu’en 2014, l’accent était mis sur la fourniture de services de réadaptation directement par l’organisation aux populations vulnérables, spécialement aux réfugiés syriens. À partir de 2014, H.I. a changé son approche pour soutenir les acteurs locaux et renforcer le système de santé.

 

Des services de réadaptation à base communautaire

Hamzeh Aqel, Rehabilitation Project Manager de H.I. en Jordanie, explique que l'association a un partenariat avec le Community Development Centre (CDC – Centre de Développement Communautaire) à Irbid, une ville située au nord d’Amman, la capitale.

Ce centre propose des services de réadaptation à base communautaire aux réfugiés syriens et palestiniens, ainsi qu’aux Jordaniens vulnérables. Il travaille avec des volontaires pour améliorer l’accès des personnes vulnérables aux services. Ces volontaires identifient les bénéficiaires au sein des communautés, ainsi que leurs besoins spécifiques. La plupart des personnes ainsi soutenue sont des adultes et des enfants de plus de sept ans, dont 70 % environ sont des réfugiés syriens.

Le centre aide les bénéficiaires ayant des limitations fonctionnelles afin qu’ils aient accès à des services de qualité, selon une approche globale. Après évaluation, un plan de traitement est mis en place pour chaque patient. En fonction de leurs besoins, ils peuvent recevoir différents types de thérapies, qui peuvent inclure de la réadaptation physique, des aides à la mobilité, un soutien psycho-social, etc.

H.I. fournit au centre les aides techniques à la mobilité (chaises roulantes, béquilles, déambulateurs, etc.), des formations aux équipes de spécialistes et aux bénévoles, et contrôle la qualité des prestations.

Une nouvelle prothèse

Omar vient au centre pour des contrôles réguliers et quand il a besoin d’une nouvelle prothèse.

Depuis sa fuite de Syrie, il s’est installé à Irbid. Il a trouvé un emploi dans un supermarché et s’efforce de mener une vie normale, en apprenant à accepter son handicap. Son plus grand espoir est qu’un jour il puisse rejoindre les autres membres de sa famille vivant en Europe et aux Etats-Unis.

 

Publié le : 5 avril 2023

Pour aller plus loin

Je veux que mes petits-enfants grandissent sur la terre de mes aïeuls
© A. Faye / HI
Mines et autres armes

Je veux que mes petits-enfants grandissent sur la terre de mes aïeuls

En 1992, Mansata a dû fuir le village de Bissine, au Sénégal, à cause de la violence armée. Trente ans plus tard, elle est revenue y vivre en sécurité avec ses enfants et ses petits-enfants.

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Présent au Maroc depuis 1993, Handicap International œuvre aux côtés de ses partenaires pour apporter une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre.

2,6 millions de personnes ont urgemment besoin d’aide humanitaire au Nord-Kivu
© HI
Réadaptation Santé Urgence

2,6 millions de personnes ont urgemment besoin d’aide humanitaire au Nord-Kivu

Face à l’escalade de la violence et à l’insécurité au Nord-Kivu, les besoins humanitaires des populations croissent de jour en jour. Handicap International déploie des activités pour apporter une aide d’urgence.