Goto main content

Bombardement d’un hôpital MSF au Nord de la Syrie

Syrie
Un hôpital soutenu par l’organisation humanitaire Médecins sans frontières a été touché par un raid aérien, faisant 9 morts et des dizaines de blessés, ce lundi 15 février, à Marat al-Numan, à 280 kilomètres au nord de Damas.

Un hôpital soutenu par l’organisation humanitaire Médecins sans frontières a été touché par un raid aérien, faisant 9 morts et des dizaines de blessés, ce lundi 15 février, à Marat al-Numan, à 280 kilomètres au nord de Damas.

« Il s’agit d’une violation grave du Droit international humanitaire, déclare Anne Héry, directrice du plaidoyer et des relations institutionnelles. Ce nouveau bombardement touchant un hôpital témoigne d’un mépris absolu pour la vie des civils. Handicap International demande à ce que toute la lumière soit faite sur ces attaques et appelle une nouvelle fois l’ensemble des parties au conflit en Syrie à cesser immédiatement tout bombardement contre les civils. Nous exprimons notre entier soutien aux équipes de Médecins sans frontières. »

Il y a dix jours, un établissement géré par l’organisation avait déjà été visé par des bombardements, à Tafas, dans le sud du pays, faisant trois morts. Un total de 13 centres de santé ou hôpitaux en Syrie ont été touchés par des attaques depuis le début de l’année, indique Médecins sans frontières.

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.

« Mon pays me manque beaucoup »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Mon pays me manque beaucoup »

« Je voudrais qu’aucun autre enfant ne soit blessé dans cette guerre », souligne Molham. Il avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International procure des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.