Accès direct au contenu

Des actions renforcées auprès des personnes déplacées

Urgence
Alors que la crise se prolonge dans le Nord du Sri Lanka, Handicap International renforce la prise en charge des personnes handicapées et des plus vulnérables dans les camps de déplacés. L’association met en place un Pôle d’urgence de personnels de réadaptation sri-lankais mis à disposition par le ministère de la Santé. Tous les jours, ce sont plusieurs milliers de personnes qui parviennent, sans discontinuer, de la zone des combats après un parcours chaotique de plusieurs jours. Les familles arrivent éparpillées, parfois après avoir perdu un proche, dispersées dans la fuite. Les blessés des tous âges continuent d’affluer, hommes, femmes, enfants. Parmi eux, toujours de nombreuses personnes amputées ou qui devront l’être rapidement.
 Des actions renforcées auprès des personnes déplacées

Tous les jours, ce sont plusieurs milliers de personnes qui parviennent, sans discontinuer, de la zone des combats après un parcours chaotique de plusieurs jours. Les familles arrivent éparpillées, parfois après avoir perdu un proche, dispersées dans la fuite. Les blessés des tous âges continuent d’affluer, hommes, femmes, enfants. Parmi eux, toujours de nombreuses personnes amputées ou qui devront l’être rapidement.

Pour faire face à l’urgence, Handicap International complète son dispositif. L’association va mettre en place, avec le ministère de la Santé, un Pôle d’urgence de personnels de la réadaptation sri-lankais, dans les hôpitaux et dans les camps de transit. Objectif : améliorer la prise en charge des blessés.
L’association prépare également la mise en place, dans les camps de transit, de points relais handicap (DVFP* en anglais). Ils permettent de proposer une réponse adaptée, dans un contexte d’urgence, aux personnes handicapées et aux plus vulnérables, par le recensement des besoins, l’apport d’une réponse immédiate aux personnes qui en ont le plus besoin et l’orientation vers une prise en charge de plus longue durée.

Handicap International poursuit par ailleurs les actions déjà en place. A l'hôpital de Vavuniya, l’association coordonne des soins de rééducation post-traumatique pour les blessés, de manière à prévenir la formation de handicaps. Des équipes mobiles de Handicap International pratiquent également ces gestes de réadaptation dans plusieurs camps de transit.

L'association répond également aux besoins immédiats des personnes blessées ou handicapées en termes d'aides à la mobilité. Des fauteuils roulants, des béquilles, des déambulateurs... sont ainsi distribuées directement aux bénéficiaires. L'association fournit aussi des aides spécifiques, comme des lits, des chaussures adaptées...

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.