Goto main content

Giovanna Osorio Romero : « Il faut briser les stéréotypes »

Droits Insertion Prévention
Pérou

Depuis plus de trente ans, Giovanna Osorio R. se bat au quotidien pour rendre la société plus inclusive et changer le regard porté sur les personnes handicapées.

Giovanna Osorio Romero, présidente et co-fondatrice de l’association Kipu Llaxta.

Giovanna Osorio Romero, présidente et co-fondatrice de l’association Kipu Llaxta. | © Victor Cano / HI

Changer de regard sur le handicap

Je suis Giovanna Osorio Romero, j’ai 41 ans et je suis psychologue. J’ai un handicap physique, lié à une maladie rare. Depuis plus de 30 ans, je milite pour une société plus inclusive. Mes parents ont toujours été conscients qu’ils devaient m’accompagner pour que je devienne une personne forte, capable de se défendre et de choisir par et pour elle-même. Cependant, dès que je sortais dans la rue, je me heurtais à des obstacles. Petite fille déjà, je me suis rendu compte que le regard porté sur les personnes handicapées est très différent.

Je suis devenue psychologue car j’ai réalisé que la société a besoin de personnels de santé formés à l’inclusion. Souvent, le regard porté par les professionnels de santé sur les personnes handicapées est discriminant et je veux changer cela. Aujourd’hui, lorsqu’un parent d’enfant handicapé rencontre un médecin, ce dernier lui fait la liste de ce que son fils ou sa fille ne pourra pas faire à cause de son handicap, au lieu de lui faire reconnaître ses capacités.

Il faut apprendre aux enfants handicapés à rejeter ce regard que la société leur impose sur eux-mêmes ; les aider à reconnaître les obstacles et à les éliminer, à devenir autonomes.

Vivre l’inclusion au quotidien

C’est de la nécessité de faire changer les choses qu’est née Kipu Llaxta en 2016. Cette association, dont je suis présidente et co-fondatrice, promeut l’inclusion et le développement des personnes handicapées.

L’inclusion se vit et s’applique au quotidien : il n’est pas question d’actions ponctuelles mais bien de mettre en œuvre des changements durables.

Pour que les gens adoptent une approche inclusive, ils doivent comprendre que l’inclusion ne concerne pas qu’un petit groupe de personnes : elle permet à tous de cohabiter efficacement. Par exemple, combien d’entre nous utilisons un ascenseur ? Nous profitons tous des mesures d’accessibilité.

La réduction des risques inclusive

En 2018, quand on nous a proposé de faire partie du sous-groupe de gestion inclusive des risques de catastrophes du Pérou, beaucoup d’associations de personnes handicapées questionnaient l’importance et la priorité de cet enjeu.

Cela était lié à une méconnaissance de la question ; et cette méconnaissance nous rendait vulnérables. C’est pourquoi Kipu Llaxta s’est emparée de la question. Grâce au soutien de HI, nous avons pu nous former en gestion des risques, pour gagner en expertise.

Le groupe de travail est composé d’institution privées et publiques, qui se réunissent pour réfléchir à la manière de rendre la gestion des risques plus inclusive, grâce à des politiques publiques, des affiches, des campagnes de communication ou des plans d’évacuation adaptés. Par exemple, il est très important de diffuser l’information de plusieurs manières : messages visuels, auditifs, textuels et graphiques. L’inclusion ne prend pas seulement en compte les personnes handicapées, elle doit aussi s’adresser aux autres groupes plus vulnérables, comme les personnes âgées ou les communautés autochtones.

Briser les stéréotypes

Grâce à notre travail, nous avons réussi à intégrer les enjeux d’inclusion et de diversité dans la formation des brigadiers communautaires. Les brigadiers sont des volontaires qui travaillent sur la prévention des risques et viennent en appui aux communautés lors de catastrophes. Par exemple, ils identifient des chemins d’évacuation ou cartographient des zones à risque. Aujourd’hui, la nouvelle promotion de brigadiers communautaires inclut des femmes, des hommes, des jeunes, des personnes âgées et moi – la première brigadière communautaire handicapée du Pérou.

Avant, les gens pensaient que les brigadiers devaient correspondre à un certain profil physique. Les personnes âgées, les jeunes ou les personnes handicapées ne pouvaient donc pas remplir ces fonctions. Aujourd’hui, la brigadière la plus active est une femme de 76 ans, qui raconte que cette mission a donné un nouveau sens à sa vie.

Notre nouvelle promotion de brigadiers inclusifs a permis de briser les stéréotypes.

Notre travail avec HI

Au Pérou, il n’est pas toujours facile pour les personnes handicapées de faire partie du processus décisionnel. Souvent, on ne nous sollicite que pour valider des décisions prises préalablement. Certaines institutions ont des préjugés et veulent nous apprendre des choses que nous savons déjà, en partant du principe que nous les ignorons.

HI, au contraire, sait travailler en équipe. C’est une association qui écoute et valorise l’expertise et la contribution des personnes handicapées. Ce qui me plaît le plus, c’est le type de collaboration horizontale que nous entretenons avec HI. Dans cette collaboration, on peut à la fois apprendre et enseigner.

Construire une société durable

Mon objectif ? Que nous n’ayons plus besoin d’institutions ou d’associations comme Kipu Llaxta. Pour nous, il est capital de travailler dans le temps long : fournir un fauteuil roulant permet d’aider quelqu’un ponctuellement. Alors que, en faisant bouger les règles et en modifiant les lois, on aide cette personne et toutes celles qui viendront après.

Il ne s’agit pas d’un bénéfice ponctuel mais bien d’une amélioration durable. Nous ne sommes pas éternels et il faut que le fruit de notre travail perdure lorsque nous ne serons plus là.

Pour aller plus loin

Changement climatique et handicap
© R. Duly / HI
Prévention

Changement climatique et handicap

Les conséquences négatives du changement climatique et environnemental ont un impact plus grand sur les populations vulnérables et les personnes handicapées

Au Somaliland, la sécheresse menace la survie des communautés pastorales
© HI
Insertion

Au Somaliland, la sécheresse menace la survie des communautés pastorales

Amina, vient d’une longue lignée de bergers. Des années de pluies insuffisantes et le changement climatique ont mis son moyen de subsistance en danger. Elle a dû quitter son foyer et sa mode de vie.

« Que toutes les femmes handicapées sachent dire non quand il le faut »
© Rem Dia Lo / HI
Droits

« Que toutes les femmes handicapées sachent dire non quand il le faut »

Je suis Dieynaba Diallo, j’ai 53 ans et je suis Sénégalaise. Je suis une femme handicapée motrice, coordinatrice de l’antenne de Thiès de l’association pan-africaine Women in law and development in Africa, partenaire de HI.