Accès direct au contenu

Handicap International apporte réadaptation et suivi aux victimes du séisme de Yushu

Réadaptation Urgence
Chine
Mercredi 14 avril, le district de Yushu en Chine a été frappé par un violent tremblement de terre. Un véhicule de Handicap International a quitté Chengdu le lendemain matin pour se rendre dans la zone du séisme, emportant un premier stock de matériel d'urgence ainsi qu’un kinésithérapeute et un spécialiste de la logistique. Selon leur première évaluation, la plupart des personnes gravement blessées ont été transférées vers les hôpitaux de Xining (capitale de la province du Qinghai). Handicap International estime que plus de 1.000 victimes auront besoin de réadaptation physique à long terme. L'organisme prévoit de dispenser des soins en réadaptation, de former du personnel et de fournir du matériel à deux des principaux hôpitaux pendant deux mois. L'organisation s’assurera aussi du suivi des victimes une fois rentrées chez elles.
séisme en Chine

Selon la première évaluation, la plupart des personnes gravement blessées ont été transférées vers les hôpitaux de Xining (capitale de la province du Qinghai), ainsi que vers les hôpitaux des provinces et régions voisines du Sichuan, le Gansu et le Tibet. Les victimes demeurées à Yushu sont des blessés légers. Selon les chiffres fournis par les hôpitaux de Xining, la majorité des victimes souffrent de fractures complexes. Les victimes transférées dans les hôpitaux provinciaux devraient y rester un mois avant d’être rapatriées à Yushu. Le nombre total de blessés est évalué à plus de 12.000. Handicap International estime que plus de 1.000 d'entre eux auront besoin de revalidation à long terme.

En termes de secours d'urgence (tentes, eau et assainissement, nourriture, infrastructures de base ...), le gouvernement chinois a déployé d'importantes ressources financières et humaines à Yushu et ne nécessite pas l'appui de Handicap International.

Selon notre évaluation et conformément à l’expérience de Handicap International au Sichuan en 2008 et à l’occasion d’autres séismes, il est clair qu’un soutien en réadaptation physique sera indispensable. Une réadaptation appropriée délivrée directement après la chirurgie minimise les complications et réduit les risques d'invalidité permanente. Il n’y a actuellement aucun spécialiste de la réadaptation à Yushu et les hôpitaux de Xining se limitent à de la réadaptation passive à un niveau élémentaire.

Dans un premier temps, Handicap International souhaite offrir des soins en revalidation physique, des formations et du matériel à deux des principaux hôpitaux de Xining. Cette phase durera deux mois. Une fois les patients retournés à Yushu, Handicap International continuera à suivre leur revalidation. Des formations seront aussi dispensées aux médecins et infirmiers locaux.

Les ressources existantes dans les projets menés par l’organisation au Tibet et au Sichuan voisins seront utilisées en soutien à ces opérations.

Pour aller plus loin

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre
© HI
Santé Urgence

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus
© HI
Santé Urgence

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus

Toute la ville de Fafan est confinée. Mohamed a peur pour sa famille : il craint que la pandémie ne s’étende dans la région. Handicap International est à ses côtés.