Accès direct au contenu

Indonésie : 200 000 personnes ont toujours besoin d'aide

Réadaptation Urgence
Indonésie
Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie, le 28 septembre, Handicap InternationaI soutient les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.
Un kiné assis à même le sol sur un tapis, examine le genou d'une dame assise sur une chaise

Le 28 septembre dernier, l’Indonésie a été touchée par un séisme, suivi d’un tsunami, qui ont causé la mort de plus de 2 000 personnes et blessé plus de 4 000 personnes. Plus de 68 000 maisons ont été détruites ou endommagées, et plus de 200 000 personnes ont été déplacées. Handicap International aide les victimes de la catastrophe, en collaboration avec l’association partenaire Ikatan Fisioterapis Indonesia (IFI).

200 000 personnes ont toujours besoin d’aide

« Deux mois après le séisme, la situation est toujours très difficile pour de nombreuses victimes de la catastrophe, », explique Cheria Noezar, coordinatrice opérationnelle pour HI en Indonésie. Des milliers de personnes, qui ont perdu leur maison, vivent toujours dans des abris temporaires, composés de bâches, ou dorment sous tentes. 200 000 personnes ont urgemment besoin d’avoir accès à un abri, aux soins de santé et aux soins de rééducation, ainsi qu’aux installations sanitaires. De nombreuses personnes qui ont été blessées à la moelle épinière, à la tête, ou ont été amputées n’ont pas encore reçu les traitements appropriés. Une de nos priorités est d’assurer des soins de réadaptation auprès des victimes afin d’éviter l’apparition de handicaps sur le long terme ».

Des soins de réadaptation d’urgence

Le 24 et 25 novembre, une formation a été organisée, en collaboration avec l’association IFI, à Makassar City. Sudan Rimal, expert en réadaptation pour Handicap International au Népal, a enseigné à dix kinésithérapeutes de cette association la prise en charge des victimes suite à une urgence : comment masser un moignon, comment accompagner une victime traumatisée, etc. Suite à cette formation, ces kinésithérapeutes se sont rendus dans les zones de Donggala, de Sigi et de Palu . Ils vont prodiguer des soins de réadaptation à au moins 900 personnes blessées et enseigneront les gestes essentiels aux membres de la famille.

Ne pas oublier les plus vulnérables

HI et IFI identifient également les personnes les plus fragiles en se rendant à leur domicile, et les renvoient auprès d’autres associations partenaires  afin qu’elles puissent bénéficier d’autres services (éducation, soins de santé, etc.). « De nombreuses personnes handicapées ne connaissent pas leurs droits à Palu. Leurs besoins sont trop souvent ignorés et pas suffisamment pris en compte. Nous rencontrons notamment beaucoup de personnes qui ont des blessures sévères (fractures, etc.) suite au séisme, mais qui n’ont pas cherché d’aide car cela n’était pas considéré comme une priorité par leur entourage. La prise en compte de leurs besoins est une des priorités pour HI », conclut Cheria Noezar.

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"
© HI
Santé Urgence

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. L'épidémie de COVID-19 a rendu plus problématiques encore les conditions de vie des réfugiés. Comment faire pour s'en sortir ?