Goto main content

Mahamat continue l’école grâce à Handicap International

Insertion Urgence
Tchad

Mahamat (nom d’emprunt) a 13 ans. Il vit dans un camp de déplacés à Kousseri, au bord du Lac Tchad, après avoir fui des attaques de groupes armés.

Mahamat avec un agent de HI dans le camp de déplacés de Kousseri

Mahamat avec un agent de HI dans le camp de déplacés de Kousseri | HI

Mahamat vit depuis trois ans dans un camp de déplacés à Kousseri, au bord du lac Tchad. Il a été confié à sa grand-mère qui s’occupe aussi de deux de ses cousins. Il habite dans une modeste hutte faite de branches. La petite famille tente d’avoir une vie normale.

Les déplacés du Lac Tchad

Le site accueille plus de 7 000 déplacés internes, qui ont tous fui leurs villages du lac Tchad à cause des violences de bandes armées mais aussi à cause de l’assèchement du lac . Actuellement, plus de 500 000 personnes sont déplacées ou réfugiés depuis un pays voisin (principalement le Niger) au Tchad.

Tous espèrent rentrer chez eux quand la situation sécuritaire s’améliorera. Pour le moment, ce n’est pas à l’ordre du jour.

Le camp ou vit Mahamat est organisé en blocs chacun géré par un chef. Pour la quasi-totalité des déplacés, l’aide humanitaire est indispensable – à l’exception de quelques familles qui vivent de la pêche. Les déplacés n’ont pas accès à l’eau potable.

Mahamat pendant ses séances de rééducation fonctionnelle à l’hôpital de Bagasola. Il est pris en charge par un kinésithérapeute soutenu par HI.

Le chemin vers l’école

Mahamat a rejoint l’école en 2021 grâce à HI . Il raconte comment il a rejoint les bancs de l’école :

« Un jour, j’ai vu d’autres enfants revenir de l’école avec des cartables. Ils m’ont montré leur matériel scolaire : des livres, des crayons…. Je leur ai demandé où ils avaient eu tout ça, ils m’ont dit à l’école et m’ont indiqué le chemin. »

Sa grand-mère l’encourage à y aller. Il se présente alors à la direction de l’école où il se fait inscrit le jour même. Ce jour-là, Mahamat revient à la maison, tout fier, avec le kit scolaire fourni par HI, comprenant un cartable, une ardoise, des craies. Il annonce à sa grand-mère qu’il est inscrit à l’école. C’est la première fois de sa vie d’enfant que Mahamat va à l’école.
HI décide aussi d’assurer un suivi médical au jeune garçon : on lui fournit des béquilles, un déambulateur et des séances de rééducation fonctionnelle.

L’école commence

La classe commence à 07h 30 et finit à 12h 30. Sa classe a un effectif en théorie de 140 élèves mais une bonne cinquantaine d’enfant est présente chaque jour, son maitre d’école, Ousman, est quelqu’un de la région :

« Le professeur est gentil avec moi. Il me pose des questions et m’envoie souvent au tableau. Il fait attention à moi. Il me place au premier rang pour que je puisse bien suivre le cours. Je me sens à l’aise. »

Mahamat a intégré la classe de CP1, en attendant la mise en place des cours d’Education de Base Non Formelle (EBNF) – qui sont des cours de remise à niveau. Tous les jours, à l’aide de ses béquilles, il va à l’école à pied. Il met 30 min avant d’arriver à cause de la distance mais aussi de son handicap.

Mahamat mange à la cantine de l’école. Il mange principalement du couscous avec de la sauce de poissons frais et fumés.

Mahamat apprend les bases

Mahamat apprend à lire et à écrire à l’école. Ce qu’il préfère ? Dessiner, écrire et calculer. Il aime la poterie. Il moule des canaris, des petites voitures… Maintenant, avec l’école, il a plein de camarades avec lesquelles il peut jouer.

Pour un avenir plus brillant

Mahamat s’est réinscrit pour la rentrée de cette année en CP2. Il espère pouvoir terminer sa scolarité car il sait qu’il en aura besoin pour réaliser ses rêves.

« Je voudrais à mon tour transmettre ce que j’ai appris, et faire de l’élevage de chèvres et devenir un riche commerçant pour subvenir aux besoins de toute ma famille ! Et pour ça, je sais que j’ai besoin d’aller à l’école. »

HI soutient l’éducation inclusive

Avant la rentrée scolaire, les enseignants dont le maître de Mahamat suivent une formation de trois semaines. Cette formation porte sur l’enseignement didactique de base mais également sur les premiers secours psychologiques, l’hygiène, et surtout les bons gestes à avoir bien inclure les enfants en situation de handicap.

Nous leur donnons aussi des outils pédagogiques pour sensibiliser les autres enfants et permettre un environnement éducatif protecteur et inclusif pour tous.

Le projet PROSCOLAC

Financé par l’Union européenne, le projet PROSCOLAC vient en aide à plus de 9 500 enfants (dont environ 4 700 filles et 1 900 enfants vulnérables ou handicapés). Il vise à contribuer à la protection physique, psychosociale et cognitive des enfants impactés par la crise humanitaire dans la province du Lac Tchad, notamment dans les départements de Fouli et Kaya, particulièrement touchés par l’insécurité et les déplacements de population.
Ce projet s’attache à améliorer l’accès à l’école, la qualité de la scolarisation ainsi que l’équilibre psychosocial et la résilience des enfants.

HI au Tchad

Handicap International (HI) est présente au Tchad depuis les années 1990 dans les secteurs de l’éducation inclusive et d’urgence, de l’action contre les mines, de l’assistance aux victimes, de la consolidation de la paix, de la réadaptation physique et fonctionnelle et de l’insertion socio-économique des personnes vulnérables et en situation de handicap. Elle mène actuellement des projets à N’Djamena ainsi que dans les provinces du Lac, du Logone Oriental, du Kanem, du Bahr el Gazal et dans les régions du Borkou, de l’Ennedi et du Tibesti (BET).

Publié le : 20 juin 2023

Pour aller plus loin

Rapport final Ukraine 12-12 Urgence

Rapport final Ukraine 12-12

Quelle aide les ONG du consortium 12-12 ont-elles fourni après 2 ans de guerre?

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées Mines et autres armes Urgence

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.