Accès direct au contenu

Séisme au Sichuan : évolution des projets d’urgence

Urgence
Chine
Le 12 mai 2008, un des plus violents séismes de l’histoire récente du monde a secoué la province du Sichuan en Chine. Plus de 80.000 personnes ont été tuées, 370.000 blessées et 5 millions ont perdu leur domicile. Parmi les blessés, on estime que 50.000 souffrent de limitations physiques et que 20.000 personnes seront handicapées à vie.
Séisme en Chine
Le 12 mai 2008, un des plus violents séismes de l’histoire récente du monde a secoué la province du Sichuan en Chine. Plus de 80.000 personnes ont été tuées, 370.000 blessées et 5 millions ont perdu leur domicile. Parmi les blessés, on estime que 50.000 souffrent de limitations physiques et que 20.000 personnes seront handicapées à vie.
Après le séisme, les blessés ont été accueillis dans les hôpitaux de référence de la province. Six mois plus tard, la plupart d’entre eux sont retournés dans leur village, leur ville d’origine ou dans des camps provisoires. Ces camps devraient héberger les victimes pendant une période de 2 à 3 ans, le temps de reconstruire les villages et les villes détruits. Bien que le gouvernement chinois ait mis en œuvre des moyens considérables pour que les victimes aient accès à un logement de base, à de la nourriture, à l'eau et à l'électricité, peu d’efforts ont été consentis pour assurer leur processus de réadaptation physique. Les besoins en réadaptation sont pourtant énormes étant donné que 75 % des blessés souffrent de fractures sévères, 8% d’amputation, 4% de traumatismes crâniens et 1% de lésions de la moelle épinière.

Dès le lendemain du séisme, les équipes de Handicap International étaient sur place pour soutenir deux des principaux hôpitaux de Chengdu, la capitale du Sichuan, en fournissant des services de réadaptation, en formant le personnel hospitalier aux méthodes actives de réadaptation et en fournissant des équipements de base.

Après cette première phase d’urgence, d’une durée de 3 mois, Handicap International a évalué la situation dans les régions les plus touchées et a mis en évidence un besoin criant de formation en techniques de réadaptation physique du personnel des hôpitaux secondaires ainsi que la nécessité de mettre en place des services de suivi des patients à domicile. Depuis le premier janvier 2009, le gouvernement chinois n’accorde en effet plus d’aide financière pour les soins de santé des victimes alors que la plupart d’entre elles ne bénéficient d’aucune assurance de santé.

Situé à environ 80 km au Nord de Chengdu, le comté de Mianzhu (500.000 habitants) a été l’un des plus touchés par le séisme avec plus de 50.000 blessés graves. C’est là que Handicap International lance la deuxième phase de son intervention.

Cette phase a pour but de:
  • Fournir des services de réadaptation physique aux blessés les plus graves qui ont été transférés des hôpitaux de référence de Chengdu vers leurs villages/villes d’origine et les camps provisoires.  
  • Améliorer l’accès des personnes en situation de handicap aux services sociaux existants.
Pour cela, Handicap International a déjà recruté huit experts en réadaptation, chinois et étrangers, qui travaillent de pair avec les équipes des hôpitaux locaux. Cette équipe d'experts fournit des services à environ 80 patients par jour.

Jean Van Wetter, directeur de programmes en Chine

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19
© Handicap International
Urgence

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19

Là-bas comme ici, la crise COVID-19 touche les plus vulnérables et aggrave les situations déjà problématiques. Pour répondre à cette crise et aux besoins des plus vulnérables Handicap International a mis en place une réponse globale, B-SAFE.

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo
© Lukasz Kobus
Santé Urgence

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo

Trois vols humanitaires sont partis le week-end dernier de Belgique et de France à destination de la République démocratique du Congo avec à bord plus de 40 tonnes de matériel et 172 agents humanitaires prêts à s'angager dans la lutte contre le COVID-19. Ce pont aérien humanitaire est un bel exemple de coopération entre plusieurs organisations humanitaires - dont Handicap International - et l'Union Européenne.