Accès direct au contenu

Syrie : un hôpital soutenu par Handicap International bombardé

Urgence
Syrie
Un hôpital soutenu par Handicap International dans le Gouvernorat de Deraa (Sud Syrie) a été indirectement touché par un bombardement dans la soirée du 13 février. Plusieurs membres du personnel ont été blessés et le bâtiment est partiellement détruit.  
vue d'une chambre de l'hôpital, des gravas sont au sol, des morceaux de gilles, des meubles renversés. Un homme est debout devant une porte et regarde vers une autre pièce

Un hôpital soutenu par Handicap International dans le Gouvernorat de Deraa (Sud Syrie) a été indirectement touché par un bombardement dans la soirée du 13 février. Plusieurs membres du personnel ont été blessés et le bâtiment est partiellement détruit.  

Parmi les membres du personnel blessés se trouvent trois membres de l’équipe médicale et un employé administratif, selon le partenaire de Handicap International. Ils sont actuellement pris en charge dans un autre établissement. L’entrepôt de l’hôpital, ainsi que les unités de chirurgie et le secteur administratif sont partiellement détruits ou hors d’état de fonctionner. L’intensité des combats, les tirs aériens et les bombardements ont contraints plus de 12 000 personnes à fuir cette zone au cours des quatre derniers jours.

Depuis le début du conflit en Syrie, plus de 450 structures de santé ont subi des attaques, et plus de 750 personnels médicaux ont été tués[1]. Pour la seule année 2016, environ 200 attaques sur des centres de santé ont été recensées dans le pays[2]. Les hôpitaux sont régulièrement ciblés, directement ou indirectement, à chaque fois causant des morts, des blessés et des destructions. 

« Il est inacceptable que les structures de santé soient endommagées ou détruites par des attaques, privant ainsi les personnes les plus touchées par le conflit de soins essentiels, » souligne Jean-Pierre Delomier, directeur des opérations d’urgence chez Handicap International. « La communauté internationale doit condamner avec davantage de force ces attaques et peser de tout son poids pour les faire cesser. Les différentes parties au conflit doivent respecter leurs obligations et cesser d’utiliser les armes explosives dans les zones peuplées ».

[1] Data provided by the UOSSM (Union of Medical Care and Relief Organizations).
[2] http://www.who.int/emergencies/attacks-on-health-care/en/

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».