Goto main content

Un séisme de magnitude 7,2 secoue Haïti

Urgence
Haïti

Un puissant tremblement de terre a semé destruction et désolation parmi la population d'Haïti dans la matinée du samedi 14 août. S'appuyant sur son expérience passée en réponse d'urgence aux séismes, H.I. se prépare à intervenir.

On recherche des personnes à sauver dans les décombres de l'hôtel Manguier après le tremblement de terre du 14 août 2021 dans Les Cayes, dans le sud-ouest de Haïti. Les secouristes redoublent d’efforts, essayant de trouver des survivants après le puissant tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a frappé Haïti samedi matin, faisant au moins 304 morts et détruisant de nombreux bâtiments de ce pays qui se remet encore du séisme dévastateur de 2010. L'épicentre de la secousse, qui a ébranlé les maisons et poussé les habitants en panique à se mettre à l'abri, se trouvait à environ 160 kilomètres à l'ouest du centre de Port-au-Prince, la capitale densément peuplée.

On recherche des personnes à sauver dans les décombres de l'hôtel Manguier après le tremblement de terre du 14 août 2021 dans Les Cayes, dans le sud-ouest de Haïti. Les secouristes redoublent d’efforts, essayant de trouver des survivants après le puissant tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a frappé Haïti samedi matin, faisant au moins 304 morts et détruisant de nombreux bâtiments de ce pays qui se remet encore du séisme dévastateur de 2010. L'épicentre de la secousse, qui a ébranlé les maisons et poussé les habitants en panique à se mettre à l'abri, se trouvait à environ 160 kilomètres à l'ouest du centre de Port-au-Prince, la capitale densément peuplée. | © Stanley LOUIS / AFP

La Situation

Un tremblement de terre d'une magnitude de 7,2 a frappé la côte d'Haïti tôt samedi matin, causant de graves dommages, des blessures et des décès. Selon les premiers rapports du Centre national des opérations d'urgence, la catastrophe a fait au moins 1.300 morts et 5.700 blessés jusqu'à présent (COUN, 2021).

Avec un épicentre situé à environ 13 km (8 miles) de Petit Trou de Nippes, les zones les plus touchées sont les régions du Sud, des Nippes et de Grande Anse d'Haïti, où des centaines de maisons, d'écoles et d'hôpitaux ont été endommagés et détruits. Au-delà des risques causés par la secousse, Haïti reste en alerte pour la tempête tropicale Grace, la montée du niveau de la mer et le tsunami dans les prochains jours.

Evaluation des besoins

Avec près de 2 000 blessés déjà recensés, les besoins les plus urgents concernent l'attention médicale et les soins aux blessés. Les hôpitaux sont débordés par l'augmentation de la demande, qui s'ajoute à la pandémie de Covid-19 en cours et aux dommages subis. Plusieurs ont demandé un renforcement d'urgence.

Dans toute catastrophe naturelle, les personnes handicapées, les femmes, les enfants et les personnes âgées sont les plus susceptibles d'être affectés. Lors du tremblement de terre de 7,0 degrés qui a frappé le pays en 2010, les équipes de H.I. ont pu constater l'effet dévastateur sur ces populations. Entre 2 000 et 4 000 personnes ont été amputées de leurs membres suite aux blessures causées par le tremblement de terre de 2010. Plus de 90 000 personnes ont reçu des soins de réadaptation pour éviter l'apparition de blessures permanentes. Les équipes de H.I. affirment que la situation pourrait être similaire.

« D'après notre expérience précédente, nous nous attendons à un énorme besoin de réadaptation » déclare Anissa Bouachria, responsable du pool d'urgence de H.I. « Il y a des milliers de blessés, et beaucoup de ces blessures peuvent s'aggraver ou se transformer en handicaps permanents. En outre, les gens ont subi des traumatismes importants et auront besoin d'un soutien psychosocial en plus des besoins de base comme la nourriture, l'eau, les abris et les articles d'hygiène personnelle. »

Préparatifs d'intervention de H.I.

H.I., déjà présente en Haïti, évalue l'évolution de la situation et prépare des plans d'intervention. En ce moment, les équipes travaillent en étroite collaboration avec les autorités locales pour identifier les besoins les plus urgents et les possibilités. Des équipes d'urgence supplémentaires de H.I. ont été activées et seront envoyées en renfort dès que possible.

Parmi les plus grands besoins de la population, les points suivants ont été identifiés comme des domaines potentiels d'intervention de H.I. en raison de l'expertise de l'organisation dans ces domaines :

  • Services de réadaptation et distribution d'aides à la mobilité.
  • Soutien psychosocial et de santé mentale
  • Soutien logistique
  • Eau, assainissement et hygiène (WASH)
  • Besoins de base (accès à la nourriture, abris, transferts d'argent)

Plus d'une décennie de H.I. en Haïti

H.I. est active en Haïti depuis 2008 et a développé une relation étroite avec le pays. L'organisation a pris une part active aux interventions de secours en cas de catastrophe liées au tremblement de terre de 2010 et à l'ouragan Matthew de 2016, tout en assurant une réponse humanitaire inclusive dans ces efforts. Entre autres activités de moyens de subsistance et de réadaptation inclusifs, H.I. a également mis en place les premiers DVFP (points focaux sur le handicap et la vulnérabilité) et a établi un partenariat avec le BSEIPH (Bureau du Secrétaire d'État pour l'inclusion des personnes handicapées). Aujourd'hui, H.I. reste engagée à servir le peuple haïtien en ce moment de grand besoin.

Faites dès maintenant un don d'urgence !

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.