Accès direct au contenu

Visas pour le Myanmar

Urgence
Deux spécialistes de Handicap International sont actuellement au Myanmar. Ils analysent les besoins prioritaires des populations victimes du cyclone Nargis. Les informations qu’ils ramèneront permettront la mise en place d’un projet d’aide dans le contexte difficile de l’après-Nargis.
Une maman et ses enfants frappés par le cyclone Nargis, au Myanmar
Deux spécialistes de Handicap International sont actuellement au Myanmar. Ils analysent les besoins prioritaires des populations victimes du cyclone Nargis. Les informations qu’ils ramèneront permettront la mise en place d’un projet d’aide dans le contexte difficile de l’après-Nargis.
 
Les 2 et 3 mai derniers, le cyclone Nargis frappait de plein fouet le Myanmar, dévastant la zone du delta de l’Irrawaddy et touchant fortement la région de Yangoon. Les chiffres donnent une idée du drame : on dénombre 138.000 décédés ou disparus tandis que 2,4 millions de personnes ont été fortement affectées par la catastrophe. De longues négociations avec les autorités locales ont permis à Handicap International d’obtenir des visas de 15 jours. Deux spécialistes sont actuellement au Myanmar où ils mènent une mission de pré-positionnement. La mission est coordonnée par une Norvégienne, Evelyn Mogster, qui a une grande expérience de la gestion de projets en Chine. Elle est accompagnée par un Belge, Jean-Paul Brouette, qui a travaillé à la mise en place de projets dans différents pays pour Handicap International et pour d’autres organisations. Dans le cadre de leur mission, ils évaluent les besoins prioritaires et rencontrent des organisations locales ou internationales venant en aide aux victimes. Ils devraient aussi pouvoir se rendre incessamment dans la zone la plus touchée par le cyclone.
Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"
© HI
Santé Urgence

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. L'épidémie de COVID-19 a rendu plus problématiques encore les conditions de vie des réfugiés. Comment faire pour s'en sortir ?

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19
© Coalición LACRMD
Réadaptation Santé Urgence

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19

Face à la crise du covid-19, HI apporte un soutien aux vénézuéliens réfugiés en Colombie, pays qui compte près d’un million de personnes contaminées. Les conséquences de l’épidémie sont dramatiques.