Accès direct au contenu

Yemen : 18 ONG demandent la reprise immédiate des opérations humanitaires

Urgence

 

Aujourd’hui, 18 organisations humanitaires se déclarent vivement préoccupées suite à la décision de la coalition menée par l’Arabie Saoudite de fermer temporairement tous les points d’entrée au Yémen, isolant de fait le pays. Les ONG réclament la reprise immédiate des opérations humanitaires, et demandent des réponses claires sur la durée prévue de cette fermeture et sur les conditions d’acheminement de l’aide humanitaire.

Lundi, la coalition a, entre autres mesures, ordonné la fermeture temporaire de tous les points d’entrée au Yémen, terrestres, aériens et maritimes. D’après la déclaration, la fermeture doit permettre d’identifier les faiblesses par un processus d’inspection, sans entraver l'entrée et la sortie de l’aide et du personnel humanitaires. La déclaration ne donne toutefois aucune précision sur la durée de la fermeture, ni sur les conditions d’acheminement de l’aide humanitaire.

Dans le contexte actuel de crise alimentaire aigüe et d’épidémie de choléra, tout retard dans le rétablissement de l'accès humanitaire pourrait coûter la vie à des femmes, hommes, filles et garçons à travers le Yémen.

Johan Mooij, directeur pays de l’ONG Care a déclaré : « Bien que nous saluions l’assurance avec laquelle la coalition a promis le maintien de l'accès de l'aide et du personnel humanitaire, les navires d'aide n'ont pas été autorisés à débarquer à Hodeida et au moins trois vols d'assistance humanitaire des Nations Unies se sont vus refuser l’autorisation d’approche depuis le 6 novembre. Nous sommes profondément préoccupés par cette situation de fait, qui a un impact direct sur notre capacité à fournir une aide vitale. Le Yémen est au bord de la famine, le choléra sévit et la prestation de services essentiels continue de se détériorer. »

En moins d'une journée, ce blocus a déjà fait grimper les prix du carburant, jusqu’à 60% dans certains gouvernorats ; la population se bouscule pour faire des stocks, et les transports publics sont perturbés. Avec la fermeture de tous les ports maritimes et accès terrestres, l’approvisionnement d’une aide médicale d’urgence n’est plus assuré, ce qui pourrait affecter des centaines de milliers de personnes.

Cette fermeture va également réduire sensiblement la quantité de denrées alimentaires entrant dans le pays ; 1200 tonnes d’approvisionnement en nourriture et fournitures médicales de l'ONU, acheminées depuis Djibouti vers le Yémen, ont déjà été retardées. Les restrictions des importations et l’augmentation du prix des denrées alimentaires vont exacerber la crise alimentaire et la malnutrition infantile généralisée qui frappent le Yémen.

Tamer Kirolos, directeur pays de Save the Children poursuit : « Les approvisionnements alimentaires et d’aide médicale via les ports du Yémen maintiennent des millions d'enfants en vie. Obtenir de l’aide est un défi qui nous a pris des années. Mais si l’accès est empêché, même pour une seule semaine, alors ce sera une catastrophe. C’est un scénario cauchemar, qui aura probablement pour conséquence la mort d’enfants. Il est crucial que les travailleurs humanitaires et les denrées vitales comme la nourriture, l’aide médicale et le carburant soient autorisés à entrer au Yémen librement, sans attendre, et que les blocus soient levés. »

En l’absence de clarté et de détails de la part de la coalition, des questions préoccupantes subsistent quant à l’étendue et la durée de ces mesures ainsi que l’impact sur la population civile. Si cette situation n’est pas résolue rapidement, nous craignons que la crise humanitaire et économique, déjà catastrophique, se détériore considérablement.

Par ailleurs, l’aide humanitaire ne peut pas répondre, à elle seule, aux besoins de la population civile au Yémen ; nous ne pouvons pas remplacer la capacité du secteur commercial dans la fourniture des biens essentiels au peuple yéménite.

Shane Stevenson, directeur pays d’Oxfam : « La coalition doit clarifier les mesures qu’elle a prises et fournir des informations pour assurer que l’aide et les accès humanitaires au Yémen ne soient pas affectés de quelque manière que ce soit. Il est vital que cette aide ne soit pas entravée ou retardée une seule heure de plus, dans le contexte de la plus grande crise humanitaire au monde, avec 21 millions de personnes dans le besoin. »

 

Signé par :

Action Contre la Faim
ACTED
ADRA
CARE
DRC
Handicap International
International Rescue Committee
MdM
NRC
Oxfam
PU-AMI
Relief International
Saferworld
Save The Children
ZOA
Islamic Relief
Human Appeal
War Child

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».