Presse

La modélisation informatique et l'impression 3D peuvent être utilisées pour la fabrication de prothèses très performantes. C’est ce que confirme une première phase de recherche initiée par Handicap International. L’association a réalisé les premières études cliniques de cette nouvelle méthode au Togo, à Madagascar et en Syrie.

Chaque année, le 4 avril est l’occasion de sensibiliser sur le danger que représentent les restes explosifs de guerre dans de nombreuses régions à travers le monde. Les armes explosives tuent et blessent en très grande majorité des civils. Un pourcentage significatif de ces armes n’explose pas à l’impact et continue à mettre en danger la vie des civils longtemps après un combat ou un conflit. A l’origine d’une campagne internationale, Handicap International appelle une nouvelle fois à ce que cette pratique cesse immédiatement et soit dénoncée avec force par la communauté internationale.
 

La vie quotidienne des personnes handicapées, malades ou âgées peut être améliorée grâce à des astuces ingénieuses qui augmentent leur autonomie. Avec près de 300 inventions présentées depuis les débuts du concours, Handicap International lance la quatorzième édition de « Bricoleur du Cœur » et vise à collecter et à faire connaître ces inventions.

Ce samedi 25 mars, les bénévoles d’Handicap International se réuniront à Bruxelles, Mons et Gand pour appeler à la mobilisation face à l’utilisation d’armes explosives dans des zones peuplées. Ils appelleront les passants à signer une pétition pour aider à mettre fin à cette pratique qui cause 92% de victimes civiles. 

Depuis 6 ans, les Syriens sont victimes d’un conflit marqué par des bombardements indiscriminés et d’une rare intensité. Entre septembre et décembre 2016, une moyenne de 94 attaques par jour impliquant des armes explosives a été enregistrée. Handicap International appelle les parties prenantes au conflit à cesser d’utiliser des armes explosives en zones peuplées et la communauté internationale à condamner fermement cette pratique, et à s’engager pour y mettre fin.

Les opérations de déminage de Handicap International ont débuté en 2017 en Irak, dans les gouvernorats de Diyala et Kirkouk. L’association a déployé trois équipes chargées de repérer et détruire les restes explosifs de guerre, afin d’éviter aux civils qui retournent chez eux d’être victimes de ces armes. L’Irak est aujourd’hui l'un des pays les plus contaminés au monde. Au cours des trente dernières années, l’Irak a en effet connu une succession de conflits qui ont pollué ses terres et ont forcé plusieurs millions de personnes à se déplacer.

Plus de 40 Etats, des entreprises et des associations - dont Handicap International - se réuniront ce jeudi 2 mars à Bruxelles dans le cadre de la conférence "She decides". Cette conférence a pour but de permettre aux organisations actives dans les pays en développement de poursuivre leur travail de planning familial et de promotion des droits des femmes, après les mesures anti-avortement du gouvernement américain.

Un hôpital soutenu par Handicap International dans le Gouvernorat de Deraa (Sud Syrie) a été indirectement touché par un bombardement dans la soirée du 13 février. Plusieurs membres du personnel ont été blessés et le bâtiment est partiellement détruit.  

Handicap International lance Growing Together, un projet entièrement financé par la Fondation IKEA qui vise à aider les enfants réfugiés au Bangladesh, au Pakistan et en Thaïlande. Un partenariat d’entreprise de cette ampleur est une première sur les trente années d’existence de Handicap International. Une nouvelle évolution pleinement assumée par l’association.

Publié ce 1er septembre, le rapport 2016 de l’Observatoire des sous-munitions rend compte d’une utilisation intensive et répétée de bombes à sous-munitions (BASM) en Syrie et au Yémen entre 2015 et 2016. Interdites par la Convention d’Oslo depuis 2010, ces armes ont fait 97 % de victimes civiles en 2015, parmi lesquelles 36 % d’enfants. Alors que la conférence des États parties à la Convention d’Oslo se tient du 5 au 7 septembre à Genève, Handicap International appelle les États à faire pression sur les belligérants pour qu’ils cessent d’utiliser ces armes barbares.

Pages