Accès direct au contenu

1 – Là où ça commence

Episode 1 de notre série de l'été  sur les pas de Didier Demey

Didier Demey

Janvier 2001, mon premier départ. C’était pour l'Angola et, à vrai dire, je ne m'en souviens pas particulièrement. En même temps, c’était il y a presque 20 ans, ça explique. Au moment du départ, il y a sans doute eu un peu d’anxiété et pas mal d’excitation qui se chamaillaient à savoir qui était la plus forte, et même peut-être quelques larmes qui n'auront pas duré. Après cette première mission en Angola, il y eu à nouveau l'Angola, une deuxième puis une troisième fois après un passage de quelques mois en Corée du Nord. Ensuite, sans faire de vague, la Chine et surtout le Tibet a pointé le bout du nez, et j'ai eu du mal à m'en défaire.  Et aujourd’hui, le Vietnam. 4 pays en 20 ans, c'est pas beaucoup. Je dois être casanier dans mon expatriation, je suppose. 

Je m’appelle Didier. Au départ, j’étais  kinésithérapeute. Je faisais des trucs avec mes mains, mon dos, mes cuisses et mes épaules aussi. Je tirais, je poussais mais beaucoup j'aidais à tenir debout celles et ceux  pour qui se tenir debout avait de la valeur. Mes premières missions, c’était essentiellement de la formation, de l’accompagnement, des soins… Ensuite, je me suis senti plus utile dans des positions où l'on coordonne, on appuie, on gère des ressources pour finalement, sans l’avoir vraiment cherché, me retrouver directeur de programme/gestionnaire pays  au Vietnam.

C’est utile, un directeur de programme. En général ça s’assure que la machine est bien huilée et qu’elle avance dans la bonne direction. Par contre, ce n’est pas terrible à raconter - dire des réunions, des tableaux Excel, des rapports qu’on lit ou, quand on est moins chanceux, que l’on écrit, ce n’est pas ce qu’il y a de plus passionnant. Mais j’ai quelques souvenirs, de nos projets et de nos activités, mais surtout de personnes remarquables que je peux partager... Si ça vous dit, on se retrouve ici dans quelques jours et je vous raconte… 
 

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Visite royale chez Handicap International
Copyright: A. Bertels - HI

Visite royale chez Handicap International

La reine Mathilde s’est rendue mardi matin dans les bureaux de Handicap International à Bruxelles afin de rencontrer le directeur de l’organisation en Belgique, Erwin Telemans, ainsi que plusieurs collaborateurs. Ils ont échangé avec la souveraine sur le fonctionnement, la vision et les futurs projets de l’organisation dans plus de 60 pays, mais également ceux mis en place en 2020 pour venir en aide aux personnes handicapées durant la pandémie.

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.