Goto main content

5 - Beto

Cinqième épisode de notre série de l'été sur les pas de Didier Demey

Beto

Beto | © HI

Angola - 2002

Lorsque Beto marcha dessus, la mine lui dit : « Je te laisse la vie sauve si en échange tu me donnes tes deux yeux, ta jambe gauche et des bouts de la peau de ton dos et de tes cuisses… ».  Les mines en Angola sont gourmandes et font leur travail de mines anti-personnel tout bien comme c’est écrit dans leur cahier des charges. Et Beto, qui n’avait jamais appris à marchander avec une mine, accepta le marché qu’elle lui proposait – il garda la vie mais perdit les yeux, une jambe et des lambeaux de peau.

Depuis, Beto se balade avec son petit frère dans une main (plus parce qu’il aime ça que pour le guider dans des sentiers qu’il connaît par cœur) et une guitare un peu pourrie dans l’autre d’où il fait sortir des basses qui parcourent l’échine.

Parce qu’il se dit que cela aurait pu être pire, Beto chante la souffrance de l’Angola, au rythme des coups de vieille sandale que son frère fait claquer sur un bidon en plastique. Et ça donne ceci : « Eu choro o sofrimento de Angola, Eu choro o sofrimento do Bié » puis d’autres paroles dans une langue qui vit au milieu des brousses de l’Angola et qu’il ne m’a pas été donné de connaître..

Publié le : 12 janvier 2021

Pour aller plus loin

Un an après l’explosion du 4 août à Beyrouth
© Kate Holt / HI
Urgence

Un an après l’explosion du 4 août à Beyrouth

En août 2020, Zeina était à la tête de l’équipe d’urgence de Handicap International à Beyrouth. Un an après l’explosion, elle dresse un tableau bien sombre de la situation actuelle dans la capitale du Liban.

Premiers pas vers l'avenir
© A. Servant / HI
Réadaptation

Premiers pas vers l'avenir

Un incident violent a couté à Hervé sa jambe droite. Aujourd’hui, avec le soutien de HI, le jeune homme de 26 ans se tiens à nouveau sur ses deux pieds.

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir
© K.Holt / HI
Insertion Mines et autres armes

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020).