Accès direct au contenu

5 - Beto

Cinqième épisode de notre série de l'été sur les pas de Didier Demey

Beto

Beto | © HI

Angola - 2002

Lorsque Beto marcha dessus, la mine lui dit : « Je te laisse la vie sauve si en échange tu me donnes tes deux yeux, ta jambe gauche et des bouts de la peau de ton dos et de tes cuisses… ».  Les mines en Angola sont gourmandes et font leur travail de mines anti-personnel tout bien comme c’est écrit dans leur cahier des charges. Et Beto, qui n’avait jamais appris à marchander avec une mine, accepta le marché qu’elle lui proposait – il garda la vie mais perdit les yeux, une jambe et des lambeaux de peau.

Depuis, Beto se balade avec son petit frère dans une main (plus parce qu’il aime ça que pour le guider dans des sentiers qu’il connaît par cœur) et une guitare un peu pourrie dans l’autre d’où il fait sortir des basses qui parcourent l’échine.

Parce qu’il se dit que cela aurait pu être pire, Beto chante la souffrance de l’Angola, au rythme des coups de vieille sandale que son frère fait claquer sur un bidon en plastique. Et ça donne ceci : « Eu choro o sofrimento de Angola, Eu choro o sofrimento do Bié » puis d’autres paroles dans une langue qui vit au milieu des brousses de l’Angola et qu’il ne m’a pas été donné de connaître..

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?