Goto main content

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan

Prévention Urgence
Tchad

Le 15 avril 2023 un conflit armé a éclaté au Soudan. Dès le mois de mai 2023, Handicap International s'est mobilisé à l'Est du Tchad pour soutenir et prendre en charge les réfugiés soudanais fuyant la violence.

Deux femmes échangent et écoutent leur paires.

Février 2024, région de Adré. Des femmes réfugiées participent à un groupe de parole pour faire face à leur traumatisme. | © M. Degue Mohassingar / HI

Une crise majeure dont les besoins peinent à être couverts

Le 15 avril 2023 un conflit armé, opposant les Forces armées soudanaises (SAF), et les Forces de soutien rapides (RSF) a éclaté à Khartoum au Soudan, avant de s’étendre rapidement à d’autres régions du pays. Ce conflit dévastateur intervient dans un contexte de crise chronique, et fragilise encore davantage le pays où les besoins humanitaires étaient d’ores et déjà immenses. Malgré son ampleur, cette crise peine à obtenir des soutiens financiers à la hauteur de ses enjeux : en 2023, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) estimait que les besoins n’étaient couverts qu’à hauteur de 43%. En 2024, OCHA estime à 2,7 milliards de dollars les financements nécessaires pour apporter une aide aux populations.

Un conflit aux conséquences désastreuses

Après des années de crise prolongée, ce conflit d’une ampleur alarmante fait de nouveau plonger le Soudan dans une catastrophe humanitaire considérable. La flambée de violence et d’insécurité depuis le mois d’avril 2023 a entraîné un grand nombre de victimes civiles, des dommages durables aux infrastructures essentielles ainsi que des déplacements de population à grande échelle.
Aujourd’hui, les Nations Unies estiment que près de 25 millions de personnes nécessitent une protection et une assistance vitale. 

Des déplacements de populations sans précédents

Le Soudan est actuellement confronté à la plus grande crise de déplacement interne au monde et à la plus importante crise de déplacements d’enfants : plus de 8,4 millions de personnes ont été déplacés à l’intérieur et à l’extérieur du pays depuis avril 2023, dont 3 millions d’enfants selon OCHA. Parmi eux, plus d’1,7 million de personnes ont fui les conflits pour trouver un refuge dans les pays voisins : près de 610 000 personnes ont rejoint le Soudan du Sud, plus de 560 000 le Tchad, 500 000 l’Égypte, plus de 50 000 en Éthiopie et près de 30 000 en République Centrafricaine.

Une insécurité alimentaire grandissante

D’après les Nations Unies, près d'une personne sur trois au Soudan souffre d'insécurité alimentaire aiguë, soit 18 millions de personnes. Une catastrophe principalement due à l’intensification des conflits sur l’ensemble du territoire soudanais et de la montée des violences intercommunautaires, l’augmentation des prix des denrées ainsi qu’une production agricole inférieure à la moyenne. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) observe par ailleurs une hausse désastreuse des cas de malnutrition aigüe chez les jeunes enfants : au Tchad, environ 40% des enfants réfugiés sont concernés.

Les enfants, premières victimes du conflit

Un an après le début du conflit, 24 millions d'enfants voient leurs droits gravement violés. D’après les Nations Unies, des rapports inquiétants font état de viols, de refus d'accès à l'aide humanitaire et d'autres violations du droit international, y compris des violations des droits économiques et sociaux des enfants. Dans tout le pays, des écoles ont été détruites ou transformés en abris d'urgence pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays, ce qui compromet le droit des enfants à l'éducation pour de nombreuses années et les expose au risque d'exploitation sexuelle et de traite des êtres humains.

Une réponse partout où cela est nécessaire

Déjà présent dans plusieurs pays voisins, Handicap International s’est mobilisée dès les premières semaines du conflit pour porter assistance aux victimes ayant traversé les frontières du Soudan pour fuir le conflit. Tchad, Égypte, Soudan du Sud… De nombreux pays ont assisté à un afflux massif de réfugiés sur leur territoire. Handicap International intervient ainsi sur les volets de la réadaptation et de la santé mentale pour prendre en charge leurs blessures et leur fournir les premiers secours psychologiques. Au Soudan, Handicap International soutient également un partenaire local pour répondre à ces mêmes enjeux et garantir une meilleure protection aux populations vulnérables.

L’Est du Tchad, témoin de la violence subie par les Soudanais

Un an après que le conflit ait éclaté, plus 560 000 personnes ont traversé la frontière tchadienne en espérant y trouver un refuge, une protection ainsi qu’une aide médicale et psychosocial. Aujourd’hui Handicap International intervient dans la région d’Adré, tout près de la frontière avec le Soudan, principalement dans les camps de réfugiés et l’hôpital d’Adré investi par Médecins Sans Frontières. Les équipes de Handicap International Tchad y prodiguent au quotidien des soins et une écoute à cette population particulièrement vulnérable que sont les jeunes enfants, les femmes, les personnes âgées ou handicapées et toute personne ayant subie des violences dans leur pays. Au total, ce sont près de 900 réfugiés soudanais qui ont reçu une aide : 411 personnes ont été prises en charge pour des soins de réadaptation, 451 personnes ont bénéficié des premiers secours psychologiques. En parallèle, Handicap International intervient également sur le volet logistique via sa division Atlas Logistique : une piste aérienne a été réhabilitée et des entrepôts construits pour garantir l’acheminement de l’aide humanitaire et sa bonne coordination.

Publié le : 16 avril 2024

Pour aller plus loin

Escalade alarmante de la violence en cours en Cisjordanie Urgence

Escalade alarmante de la violence en cours en Cisjordanie

Déclaration de Handicap International

L'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire Urgence

L'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

Les leaders mondiaux n'agissent pas