Accès direct au contenu

Aide aux réfugiés syriens en Jordanie et au Liban

Urgence
Syrie
La Syrie vit sous un déluge de feu depuis plus d’un an. Jour après jour, le quotidien de ses habitants se dégrade. Rien qu’au mois d’août, selon le HCR[1], plus de 200 000 personnes ont fui les affrontements pour se rendre dans les pays voisins, en Irak, Jordanie, Liban ou Turquie.

La Syrie vit sous un déluge de feu depuis plus d’un an. Jour après jour, le quotidien de ses habitants se dégrade. Rien qu’au mois d’août, selon le HCR[1], plus de 200 000 personnes ont fui les affrontements pour se rendre dans les pays voisins, en Irak, Jordanie, Liban ou Turquie.

« Près de 200 000 personnes se seraient déplacées, en Syrie même, pour se mettre à l’abri des combats, explique Thierry, chef de mission pour Handicap International sur la crise syrienne. Les équipes de l’association, basées au Liban et en Jordanie, à proximité des frontières, voient arriver toutes sortes de réfugiés : des blessés qui ont quitté la Syrie après avoir été soignés plus ou moins sommairement, des victimes de bombardements, des familles qui ont perdu leurs maisons, des femmes avec leurs enfants, des personnes seules.

« Ce qui change depuis quelques semaines, explique Thierry, c’est que les nouveaux arrivants sont très pauvres, ils n’ont pas ou plus d’argent, pas de proches sur qui s’appuyer. Il faut couvrir leurs besoins de base en leur donnant des kits d’hygiène par exemple, ainsi qu’un soutien psychologique. Imaginez que vous arrivez d’un pays en guerre, votre famille a été dispersée et vous n’avez plus avec vous que vos enfants effrayés. Si vous rencontrez en face de vous des personnes qui vous aident à vous organiser, à sonner à la bonne porte pour trouver du soutien, c’est déjà un immense réconfort ».

Au Liban et en Jordanie, c’est donc par le biais de projets DVFP[2]que l’association vient en aide aux populations les plus vulnérables, en les dirigeant vers d’autres acteurs de l’aide humanitaire, mais aussi en proposant des aides adaptées, aides à la marche, kits d’hygiène.

L’association est aussi très active dans le soutien aux blessés, en apportant un appui dans les hôpitaux de Tripoli au Liban. Des équipes mobiles en Jordanie et au Liban, proposent des soins de réadaptation aux blessés directement dans les familles d’accueil. Handicap International envisage par ailleurs de fournir des habits et couvertures chaudes et d’isoler les abris aux populations proches de la frontière libano-syrienne, en prévision de l’hiver. 



[1]HCR, Haut commissariat des Nations unies aux Réfugiés

[2]DVFP : disability and vulnerable focal point (point relais handicap et vulnérabilité), projet destiné à accueillir, aider et orienter les personnes handicapées et vulnérables pour leur permettre d’accéder à l’aide humanitaire.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.