Déclaration conjointe des ONG

Arreter les hostilités au Myanmar

  • Un kit d'urgence avec e.a du matériel de cuisine (casseroles, assiettes, ...)

Un conflit armé agite une grande partie des provinces de Kachin et de Shan au nord-est du Myanmar. L'escalade de la violence ces dernières semaines est préoccupante. C'est pourquoi de nombreuses ONG, dont Handicap International, appellent les parties à mettre fin à la violence, à protéger les civils et à donner accès aux travailleurs humanitaires.

Les affrontements qui ont eu lieu en avril se poursuivent encore actuellement et menacent des milliers d’habitants. Les affrontements se sont déroulés à proximité de camps de personnes déplacées et de logements civils, faisant des morts et des blessés parmi la population civile. Nous sommes très préoccupés par la sécurité et par les besoins immédiats de plus de 2 000 civils, en particulier des plus vulnérables d’entre eux, actuellement confinés dans leurs villages.

Rien qu'en avril, plus de 5 000 personnes ont fui leur maison. Elles craignent de devoir rentrer chez elles, même si leur sécurité ne peut être assurée. Nous insistons sur le fait qu'un retour ne peut être possible que sur une base volontaire et lorsque la sécurité est garantie.

L'aide dans une région sous pression

Plusieurs civils ont été blessés et tués par des raids aériens, des tirs d’obus et des mines antipersonnel le mois passé. Il est indispensable que tous les belligérants assurent la protection des civils et respectent les droits de l’Homme ainsi que le droit international humanitaire. Dans le cas présent, ils doivent respecter tout particulièrement la règle 7 concernant la nécessité de distinguer populations civiles et objectifs militaires.

Plus de 100 000 personnes soont déjà déplacées dans le Kachin et le Nord du Shan. Les ONGs s'efforcent de leur apporter une aide humanitaire alors que les financements sont insuffisants. Alors que les besoins ne cessent de croître dans la région, il est extrêmement important que le financement de l’aide humanitaire suive le rythme de ces besoins croissants, et que les acteurs de l’aide humanitaire fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour appuyer la protection des civils, obtenir un accès humanitaire illimité et relancer les efforts pour rétablir paix et justice dans les deux provinces.

Les ONGs - dont Handicap International - opérant de la Kachin et le nord du Shan appellent les belligérants :

  1. Cesser immédiatement les hostilités dans les zones civiles et de garantir aux civils un passage sécurisé pour quitter les zones de conflit ;

  2. Lever toutes les restrictions sur l’accès des civils à l’aide humanitaire, et sur la fourniture d’articles et de services par les organismes humanitaires ;

  3. Respecter et remplir toutes les obligations liées au droit international humanitaire et aux droits de l'homme, en mettant immédiatement fin aux violations des droits de l'homme et à l’insécurité de la population civile ;

  4. Renouveler leur engagement et redoubler d’efforts pour déposer les armes et trouver une solution politique durable et équitable.