Accès direct au contenu

Congo Brazzaville: Des milliers de sans-abris menacés Congo Brazzaville

Urgence
A l’approche de la saison des pluies, des milliers de personnes tentent de déblayer elles-mêmes leurs maisons, alors que des restes d’engins explosifs pourraient s’y trouver. Handicap International a mobilisé prés de 200 personnes pour apporter une réponse rapide à ce nouveau danger.
Du support psychosocial

A l’approche de la saison des pluies, des milliers de personnes tentent de déblayer elles-mêmes leurs maisons, alors que des restes d’engins explosifs pourraient s’y trouver. Handicap International a mobilisé prés de 200 personnes pour apporter une réponse rapide à ce nouveau danger.

Le 4 mars 2012, l’annexe d’un dépôt de munitions située à l’est de la capitale, Brazzaville, a explosé. Il s’en est suivi une réaction en chaine qui a provoqué l’explosion de plusieurs stocks de munitions entreposés dans les bâtiments des casernes environnantes, et la dispersion de munitions non explosées et dangereuses dans un rayon de 4 à 6 km autour du point d’impact. Les chiffres avancés par le gouvernement congolais font état de 220 morts et de 2 300 blessés. De nombreux logements ont été rasés ou endommagés par le souffle de l'explosion, des vitres ont volé en éclats, des toitures ont été éventrées et des portes défoncées jusqu’au centre ville.

Près de 15.000 personnes se sont retrouvées sans abri. Des dégradations ont même été enregistrées sur le territoire de la République Démocratique du Congo (RDC) situé à plus de 700 mètres du point d’explosion. Handicap International est intervenu dès le 9 mars pour identifier les zones contaminées et sensibiliser les populations aux risques qu’elles encourent. L’association a dans le même temps mis en place des équipes mobiles durant trois mois pour venir en aide aux victimes. Au total, plus de 200 personnes ont bénéficié de séances de rééducation, près de 300 ont été référencées vers d'autres structures de santé, et plus de 200 aides techniques (béquilles, déambulateurs, fauteuils...) ont été distribuées.

Après une première phase de dépollution  de la surface des zones contaminées, Handicap International a initié et débuté en mai 2012 l’étape de déblaiement et dépollution pour retirer les objets dangereux cachés sous les décombres, dans le quartier de Mpila, au centre de la capitale. Ce travail délicat est extrêmement long : il s’agit de soulever minutieusement chaque pierre qui peut potentiellement abriter une munition non explosée (ex : une grenade, un obus, une roquette)  Si ces activités de déblaiement-dépollution sont désormais bien entamée, la majeure partie des secteurs affectés, notamment dans les zones civiles n’a pas encore pu être traitée. La grande saison des pluies est sur le point de débuter au Congo Brazzaville. Des milliers de personnes, toujours sans abri tentent de réintégrer progressivement leurs habitations, ou ce qu’il en reste, et se hasardent à enlever elles-mêmes les décombres, prenant ainsi le risque de faire détonner par inadvertance des munitions enfouies dans les gravats.

Handicap International renforce ces équipes pour répondre au plus vite à cette nouvelle situation d’urgence. Aujourd’hui, 160 Congolais des communautés affectées ont été recrutés et formés par l’association. Ils interviennent pour déblayer les décombres et détruire les munitions qu’ils trouvent. Une équipe est également dédiée à la liaison avec les populations civiles impactées pour les sensibiliser aux risques liés aux engins non explosés et aux dangers des déblaiements spontanés et les informer de l’avancement des activités gérées par Handicap International. Ils soutiennent ces familles qui ont perdu leurs maisons dans l’explosion. En tout, près de 200 personnes sont ainsi mobilisées sur le terrain pour éviter que l’attente et le désespoir de ceux qui dorment dehors ou dans des abris précaires, ne provoquent de nouveaux accidents. Handicap International s’emploie à déblayer et dépolluer les zones affectées dans le souci de rendre ces terres le plus rapidement possible aux communautés du quartier de Mpila. L’association  mène une course contre la montre, chaque jour au Congo Brazzaville.

Pour aller plus loin

Besoins importants de réadaptation à Beyrouth
© Anwar AMRO / AFP
Urgence

Besoins importants de réadaptation à Beyrouth

Les blessures provoquées par les énormes explosions qui se sont produites mardi à Beyrouth comprennent des brûlures, des fractures et des amputations, en plus des milliers de blessures mineures et majeures causées par le verre brisé. 500 personnes auront probablement besoin d'une rééducation physique pour se rétablir.

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de Handicap International
© Mikhail Alaeddin / Sputnik /AFP PHOTO
Urgence

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de Handicap International

Les scènes de dévastation qui ont suivi une énorme explosion à Beyrouth ne laissent aucun doute quant aux besoins immédiats et urgents des plus de 5 000 personnes blessées. L'équipe d'experts de Handicap International déjà basée dans le pays est prête à aider ceux qui en ont besoin.

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.