Accès direct au contenu

Côte d'Ivoire: «Comme si j’étais dans un village fantôme»

Pauline Lizion est arrivée au mois d’octobre 2011 pour rejoindre les équipes de Handicap International à Toulepleu, en Côte d’Ivoire, dans une région particulièrement touchée par le conflit. « La majorité des maisons avaient été détruites et pillées, souvent brûlées.»
Distribution de kits d'urgence

Pauline Lizion est arrivée au mois d’octobre 2011 pour rejoindre les équipes de Handicap International à Toulepleu, en Côte d’Ivoire, dans une région particulièrement touchée par le conflit. « La majorité des maisons avaient été détruites et pillées, souvent brûlées.»

« J’ai eu l’impression d’atterrir dans des villages fantômes » raconte-t-elle. Pendant ses cinq mois de mission, Pauline a dirigé un projet de distribution de kits d’aide à la réinstallation afin de permettre aux habitants de la région de Toulepleu de revenir vivre progressivement dans leurs villages.

« J’ai très vite été frappée par l’ampleur des dégâts. Une des premières images qui me revient est celle de la maison d’une de nos bénéficiaires complètement brûlée, le toit réduit en cendres et les murs encore empreints des traces de feu. Elle nous raconté comment son mari a été tué, brûlé devant ses yeux avec les vêtements de leur enfant. La violence ici a atteint un niveau extrême et difficilement imaginable. » Aujourd’hui cette femme vit avec la deuxième épouse de son mari et elles ont toutes les deux pu bénéficier de l’aide de Handicap International pour se réinstaller.

Tout perdu

« Beaucoup d’Ivoiriens comme cette femme ont tout perdu pendant les conflits. Nous sommes présents à leurs côtés pour leur permettre de retourner dans leurs villages et de reconstruire leurs vies. La distribution par Handicap International de 2000 kits doit permettre à autant de familles de réparer leurs maisons, d’avoir les ustensiles nécessaires pour cuisiner, et de se laver. »

L’association a également distribué 1500 kits complémentaires aux personnes ayant des besoins spécifiques (personnes à mobilité réduite, femmes enceintes, personnes âgées…) afin d’améliorer leur confort au quotidien. Ces kits complémentaires contiennent des jerrycans, des pagnes, des matelas, des moustiquaires, des draps et des nattes. Enfin chacun des 31 villages dans lesquels l’association est présente a reçu des outils (brouette, pelles, scies,…), mis à la disposition de la communauté. « A Toulepleu, on sent que la population est dans une dynamique positive. Tout le monde s’implique avec détermination dans la reconstruction de la région et petit à petit on peut voir que les gens reviennent et que la vie reprend ses droits.»
 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.