Go to main content

Dadaab: Aide d'urgence dans le plus grand camp de réfugiés du monde

Réadaptation Urgence
Handicap International travaille depuis 2007 à Dadaab (Kenya), le plus vaste camp de réfugiés du monde. Au cours de l'été 2011, la sécheresse et la famine ont sévi dans la Corne de l'Afrique, ce qui provoqua un nouvel afflux de réfugiés. Une équipe de secours d'urgence fut rapidement envoyée sur place pour aider les plus vulnérables parmi ces réfugiés. L'attention de nos équipes va d'abord aux personnes handicapées, aux enfants sans parents, aux femmes enceintes et aux malades chroniques.
image d'une consultation à dadaab

Handicap International travaille depuis 2007 à Dadaab (Kenya), le plus vaste camp de réfugiés du monde. Au cours de l'été 2011, la sécheresse et la famine ont sévi dans la Corne de l'Afrique, ce qui provoqua un nouvel afflux de réfugiés. Une équipe de secours d'urgence fut rapidement envoyée sur place pour aider les plus vulnérables parmi ces réfugiés. L'attention de nos équipes va d'abord aux personnes handicapées, aux enfants sans parents, aux femmes enceintes et aux malades chroniques.

A l'automne 2011, l'évolution des conditions de sécurité a rendu très difficile la poursuite des actions à Dadaab. Pourtant, entre janvier et mai 2012, 4.000 personnes vulnérables ont été identifiées. Plus de 1.000 sessions de revalidation et plus de 300 sessions de soutien psychologique ont été organisées à leur intention. Plus de 2.000 aides de marche (comme des béquilles) ont aussi été distribuées. En outre, Handicap International a ouvert des points d'aide pour les personnes handicapées. Les réfugiés peuvent s'y rendre pour s'informer sur les services les plus courants et recevoir des soins de kinésithérapie de base. Handicap International travaille également en coopération avec d'autres organisations. Lorsque nos équipes ne peuvent pas fournir l'aide nécessaire, elles orientent les personnes vulnérables vers d'autres acteurs humanitaires et à l'inverse, Handicap International offre un appui en revalidation à plusieurs organisations et donne, dans les hôpitaux, des soins de kinésithérapie respiratoire aux enfants sous-alimentés de moins de cinq ans.


Nos actions

Identifier les plus vulnérables et assurer leur accès aux services de base

Depuis l’été 2011, Handicap International réalise un important travail pour évaluer les besoins des personnes les plus fragiles et à les orienter ou à les accompagner vers les structures adéquates, puis pour assurer le suivi de cette prise en charge.

Depuis la dégradation de la situation sécuritaire, Handicap International à recruté plusieurs dizaines de réfugiés somaliens qui parcourent les camps par équipes et identifient tente par tente les personnes en situation de grande vulnérabilité. Deux des trois camps regroupant les personnes nouvellement arrivées (depuis moins d’un an) ont été couverts et les opérations sont en cours dans le troisième. Plus de 12 000 personnes ont ainsi été identifiées comme vulnérables et invitées à se rendre vers nos relais « handicap et vulnérabilité » pour y être référencées.

Ce recensement est indispensable pour prioriser l’accès aux services essentiels – de santé notamment – et garantir que l’aide humanitaire parvienne en premier lieu à ceux qui en ont le plus besoin.

L’évaluation des besoins et le référencement vers les partenaires de l’aide humanitaire

Trois relais Handicap et Vulnérabilité ont été ouverts dans les camps de Ifo, Hagadera et Dagahaley. Ensemble, ces relais accueillent quotidiennement une centaine de réfugiés identifiés comme particulièrement vulnérables par les équipes mobiles.

Les besoins de ces personnes, mais aussi leur état de détresse et de vulnérabilité physique, psychologique et/ou sociale sont évalués par une équipe de spécialistes, qui décide ensuite de la meilleure réponse à apporter. Soit en intervenant directement, au travers de conseils, d’exercices pratiques et de distribution d’aides à la mobilité et à la vie quotidienne . Soit en orientant ces personnes vers un hôpital où elles seront prises en charge de manière prioritaire, ou vers une organisation à même de répondre à un besoin spécifique (de protection par exemple, dans des cas de viol ou de violence), ou besoin de base.

La kinésithérapie respiratoire pour les jeunes enfants

Handicap International a également mis en place des actions de kinésithérapie respiratoire à destination notamment des enfants de moins de 5 ans. Cette activité vient en appui à la prise en charge médicale réalisée au sein des hôpitaux. Un expatrié spécialiste de cette activité a été déployé sur place au début de l’année 2012, pour recruter et former des équipes de kinésithérapeutes kenyans aujourd’hui opérationnels dans les trois hôpitaux que comptent les camps.

La kinésithérapie respiratoire à destination de jeunes enfants en situation de malnutrition et souffrant régulièrement d’infection respiratoire aiguë requiert un savoir-faire spécifique dont dispose l’association. Ces soins permettent de faire baisser le taux de mortalité des enfants malades et d’accélérer leur rétablissement (lire page suivante l’interview de Nicolas Sorais, kinésithérapeute responsable de cette activité).

Les services aux personnes en situation de handicap

Trois centres de réhabilitation, dans les camps de Ifo, Dagahaley et Hagadera fournissent des services de rééducation physique et de technique posturale aux réfugiés en situation de handicap, des aides à la vie quotidienne sont également proposées. Une vingtaine de spécialistes kényans assurent ces services mis en place il y a maintenant plus de cinq ans.

Des ateliers de production et d’entretien des aides techniques à la mobilité et à la vie quotidienne sont également disponibles pour permettre aux personnes en situation de handicap de disposer d’un maximum d’autonomie, malgré les conditions de vies extrêmement précaires au sein des camps.

Des activités d’éveil sont également organisées pour les enfants souffrant d’un handicap intellectuel ou de multiples handicaps et des équipes, principalement somaliennes, se rendent quotidiennement dans les camps pour apporter des soins de rééducation aux personnes ne pouvant se rendre dans les centres.

Du fait du contexte sécuritaire dégradé, le mode opératoire de Handicap International, ainsi que des autres organisations humanitaires, évolue vers un renforcement des capacités des réfugiés somaliens afin qu’ils puissent assurer la continuité des activités pour les personnes handicapées au sein même des camps, parfois difficilement accessibles.

Enfin l’association veille à ce que l’ensemble des organisations humanitaires tienne bien compte des besoins spécifiques des personnes handicapées lors de la mise en œuvre de leurs projets.

 

Pour aller plus loin

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.