Accès direct au contenu

Des bergers allemands détectent les mines au Mozambique

Mines et autres armes
En 1998, notre premier projet de déminage démarrait au Mozambique. Un travail qui se poursuit aujourd’hui afin de libérer le pays de cette menace. Pour accomplir la tâche délicate de repérer les mines, Handicap International a recours à des chiens dont le sens de l’odorat extraordinaire permet de détecter l’odeur des explosifs.
photo d'un chien démineur et son maître en action au Mozambique

En 1998, notre premier projet de déminage démarrait au Mozambique. Un travail qui se poursuit aujourd’hui afin de libérer le pays de cette menace. Pour accomplir la tâche délicate de repérer les mines, Handicap International a recours à des chiens dont le sens de l’odorat extraordinaire permet de détecter l’odeur des explosifs.

Présent au Mozambique depuis 1986, suite à une intervention d’urgence pendant la guerre civile, Handicap International y a lancé ses premières opérations de déminage en 1998. Pour mener à bien cette mission délicate, l’ONG travaille depuis plus de dix ans avec desbergers allemands. Grâce à leur flair exceptionnel, ils sont capables de déceler les odeurs d’explosif.

Fidèles compagnons

Les bergers allemands sont ainsi devenus les fidèles compagnons de l’association dans le cadre de ses programmes de déminage au Mozambique. Plusieurs binômes « chien / maître » sont engagés dans la lutte contre les mines. Les chiens font partie intégrante du processus de déminage dont l’efficacité repose sur la synergie entre l’homme, l’animal et la machine. « Les chiens permettent de déminer plus rapidement de grandes superficies. Les chiens et les machines font un travail bien distinct et leur complémentarité permet d'obtenir d'excellents résultats » témoigne Noberto, coordinateur de l’équipe de maîtres-chiens démineurs.

Pratiquement, les machines passent en premier et permettent de débroussailler la zone. Les chiens viennent ensuite. A la différence des détecteurs classiques, qui signalent la présence de tous les engins métalliques, inoffensifs ou non, les chiens détectent l’explosif. Dès qu’ils en perçoivent l’odeur, ils s’arrêtent et s’asseyent. Le maître indique alors la zone et fait appel à un démineur. Celui-ci peut se déplacer sans risque sur la zone déjà inspectée par le chien, puis va repérer et neutraliser l’engin explosif enfoui dans la zone marquée.

Toujours être attentif

Le berger allemand est la race de chiens privilégiée pour ce type de mission sur le terrain : « Ils sont très obéissants et faciles à dresser. Ils se concentrent sur leurs tâches et sont faciles à comprendre. Il faut cependant que le maître-chien soit très attentif à ce qu'exprime son compagnon. En particulier quand un chien se fatigue, il faut interrompre le travail, parce qu'il risque de ne plus détecter les mines ! » explique Noberto. Aussi il est très fréquent qu’un même maître chien ait sous sa responsabilité deux bergers allemands pour assurer une séance de déminage.

Jour après jour, ces chiens contribuent à sauver des viesen accomplissant leur mission. Maître et chien forment une paire soudée. Une confiance s’installe entre eux, ce qui permet à tous de travailler en toute sécurité et au chien de prendre un réel plaisir à effectuer sa mission. « C’est indispensable : nous jouons beaucoup avec les chiens pour instaurer plus de complicité» raconte Noberto. Ils éprouvent d’ailleurs un plaisir naturel et bien réel à participer à ces activités de déminage. Chercher, puis trouver un objet caché ou lancé est un comportement inné chez le chien. Une journée sans trouver de mines restera toujours frustrante pour lui !

Au Mozambique, cette méthode de déminage a fait ses preuves. Ce pays qui comptait parmi les plus contaminés au monde, a l’espoir d’être totalement dépollué d’ici 2014, objectif qui honorerait ainsi l’engagement pris par l’Etat lors de sa signature du Traité d’Ottawa (traité d’interdiction des mines). Grâce à ce dispositif, plus de 2 millions de mètre carrés de terrain ont été dépollués par Handicap International depuis 1998.

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?