Accès direct au contenu

Ebola : des messages de prévention en braille

Prévention Santé
Sierra Leone
En Sierra Leone, Handicap International participe activement aux campagnes d’information sur les modes de transmission du virus et sur les gestes qui permettent de limiter les risques de contamination. Afin de garantir que toute la population soit bien informée, l’association organise la traduction en braille et en langage des signes des messages des campagnes, et a développé un livre d’information adapté aux enfants.
le dessin montre un enfant demandant à un visiteur de se laver les mains avant d'entrer dans la maison

En Sierra Leone, Handicap International participe activement aux campagnes d’information sur les modes de transmission du virus et sur les gestent qui permettent de limiter les risques de contamination. Afin de garantir que toute la population soit bien informée, l’association organise la traduction en braille et en langage des signes des messages des campagnes, et a développé un livre d’information adapté aux enfants.

« Si nous voulons que l’information soit bien comprise par tous, il faut faire l’effort d’adapter nos messages aux personnes auxquelles nous nous adressons, explique Bruno Leclerq, qui dirige le programme de Handicap International en Sierra Leone. Nous devons à chaque fois réfléchir aux moyens les plus efficaces pour les atteindre. Si nous affichons un message sur la place d’un village, par exemple, comment les personnes qui ne peuvent pas se déplacer, les non-voyants, ou les enfants qui ne savent pas lire feront-ils pour être informés ? Et puis, il est aussi important de réfléchir au contenu des messages que nous voulons faire passer. Ils seront bien sûr très différents selon qu’on s’adresse à des enfants, des employés municipaux, ou à des prostituées. »

Près de 3 000 personnes ont déjà pu participer à de séances d’information organisées par les équipes de Handicap International et de ses partenaires sur place. Parmi ces personnes 639 adultes handicapés et 871 enfants (dont 241 avec un handicap). L’association forme également des volontaires  (238 en juin 2015) qui relaieront les messages essentiels à leur communauté dans 8 disticts du pays[1]. Au travers de ces activités, Handicap International fait en sorte qu’aucun groupe vulnérable ne soit oublié, dont font partie notamment les personnes handicapées ou les personnes vivant de la prostitution notamment. Des représentants de ces « groupes cibles » sont donc formés (32 à ce jour) afin qu’ils puissent eux même relayer les messages de prévention et diminuer ainsi les risques de transmission du virus.

[1] Western Area Rural/Urban, Portloko, Moyamba, Bo, Kenema, Kailahun et Kono

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.