Go to main content

Fournir une assistance aux personnes déplacées en Syrie

Urgence
Syrie
Une grande partie des 6.3 millions de Syriens déplacés dans leur propre pays vivent dans des bâtiments à moitié consruits ou même des tentes. Ils dépendent des distribution de nourriture et de biens de premières nécessité pour survivre.« Nous avons fui notre ville en emportant le minimum avec nous. Alors nous avons réellement besoin d'une aide comme celle-là. » 
Distribution de couvertures. Deux fillettes tiennent un sac contenant des couvertures.

Une grande partie des 6.3 millions de Syriens déplacés dans leur propre pays vivent dans des bâtiments à moitié consruits ou même des tentes. Ils dépendent des distribution de nourriture et de biens de premières nécessité pour survivre.« Nous avons fui notre ville en emportant le minimum avec nous. Alors nous avons réellement besoin d'une aide comme celle-là. » 

Au milieu d'une foule impatiente attendant un camion chargé de matelas, de couvertures et de rations alimentaires prêtes à consommer, Murad tient la main de ses deux petites filles. Le camion s'arrête non loin d'eux, et les deux enfants se mettent dans la file qui s'est formée pour la distribution.Un sourire soulagé apparaît sur leur visage lorsqu'on leur remet des couvertures. " Elles vont nous être très utiles ", confie Murad. " Nous avons fui notre ville en emportant le minimum avec nous. Alors nous avons réellement besoin d'une aide comme celle-là. "

“ Ces articles sauvent des vies ”

La vie de Murad, un cultivateur de 40 ans, et de sa famille est complètement bouleversée depuis quelques semaines. À la fin du mois de mars 2017, ils ont dû quitter leur foyer en raison des bombardements incessants frappant leur région. Depuis lors, ils ont été déplacés plusieurs fois à l'intérieur des frontières de Syrie.

. « La semaine qui a suivi notre fuite, l'endroit où nous nous étions réfugiés a commencé à être lui aussi bombardé, alors nous avons dû partir à nouveau... » Murad et les siens ont perdu presque tout à cause de ces raids aériens. Ils dépendent totalement de l'aide humanitaire.

Notre responsable Handicap International pour les distributions d'urgence dans le sud de la Syrie souligne l'importance de cette aide humanitaire : " ces articles peuvent tout simplement sauver des vies. Car ces distributions diminuent considérablement le degré de vulnérabilité des familles. La situation en Syrie ne donne aucun signe d'amélioration, et nous nous attendons à ce que le conflit dure encore plusieurs années. Chaque jour, de nouvelles personnes sont déplacées. Elles doivent parfois partir à pied, en laissant tout dernière elles. Et en général, elles n'ont pas les moyens d'acheter les articles que nous leur apportons..."

Murad quant à lui se trouve mieux loti que certains. " Malgré tout, j'estime encore avoir eu de la chance En Syrie, le nombre de déplacés s'élève aujourd'hui à plusieurs millions. Certains d'entre eux ne trouvent même pas de toit, car la plupart des abris sont surpeuplés. Au moins, j'ai réussi à trouver une petite maison que je peux louer avec mes deux frères..."

“La situation est très éprouvante"

Dans une autre région du sud de la Syrie, une autre distribution est en cours. Cette fois, ce sont des colis alimentaires qui sont remis à plus de 3 200 familles déplacées. Abo Nabil en attrape un et le met dans une poussette.

« Lorsque les combats se sont intensifiés, notre maison a été éventrée par un obus" raconte-t-il. "  Notre seule option était de partir. Depuis, notre vie n'est plus la même. Nous habitons maintenant un immeuble dont la construction n'est pas terminée, avec d'autres familles déplacées. Je ne peux plus travailler, et je n'ai tout simplement pas l'argent nécessaire pour nourrir ma femme et mes enfants. La situation est particulièrement éprouvante... Alors je suis reconnaissant pour les colis qu'on nous donne."

« La plupart des personnes déplacées internes vivent dans des immeubles à moitié finis faisant office de refuges collectifs, ou dans des tentes qu'ils montent eux-mêmes », explique le responsable de Handicap International. « Ils n'ont plus rien. Ils dépendent désormais des camions citernes qui distribuent de l'eau potable dans la région, et des colis alimentaires que l'on peut leur fournir. »

La sécurité, un grand problème

Pour ajouter à la complexité de la situation, la sécurité reste un problème majeur pour les organismes humanitaires. « Il n'est pas rare que nous devions suspendre les distributions à cause d'un raid aérien... Parfois, nous entendons le bruit des bombardements à seulement quelques kilomètres de nous. Mais malgré cela, nous continuerons à apporter notre aide. La situation des personnes déplacées internes est critique, et nous devons couvrir leurs besoins essentiels », conclut le chef de projet.

Depuis le début de l'intervention d'urgence d'Handicap International en Syrie en 2013, près de 200 000 personnes ont déjà bénéficié des colis alimentaires et des articles de première nécessité distribués dans tout le pays.

Soutenez les actions d'urgence de Handicap International, faites un don.

Signez notre pétition contre les bombardements de civils.

Pour aller plus loin

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

Handicap International aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

Handicap International aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.