Accès direct au contenu

Haïti - Reprise de l’épidémie de choléra

L’épidémie de choléra, qui est apparue en octobre 2010 en Haïti connait un nouveau pic. Le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), estime que « l’épidémie a causé des dizaines de morts durant les dernières semaines », alors que la saison des pluies et la période cyclonique débutent. Depuis la survenue de l’épidémie, plus de 5 400 personnes sont décédées, selon les Nations unies.
Les nuages s'amoncellent au dessus des villages de tentes...

L’épidémie de choléra, qui est apparue en octobre 2010 en Haïti connait un nouveau pic. Le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), estime que « l’épidémie a causé des dizaines de morts durant les dernières semaines », alors que la saison des pluies et la période cyclonique débutent. Depuis la survenue de l’épidémie, plus de 5 400 personnes sont décédées, selon les Nations unies.

Depuis début 2011, Handicap International pilote un projet qui consiste à limiter l’impact de l’épidémie de Choléra sur les populations à risques. Des équipes mobiles se rendent quotidiennement dans les communautés de Petit-Goâve et dans les villages isolés (notamment dans les montagnes) pour expliquer les gestes d’hygiène simples qui permettent de se prémunir du choléra. Les séances d’information sont assorties de démonstration sur les méthodes pour se laver les mains efficacement, de distribution de kit choléra1et d’un renforcement des capacités locales (formation de personnes issues des communautés en charge de déclencher les protocoles de prévention dès les premiers cas de choléra identifiés).

Dès le 26 octobre 2010, Handicap International avait lancé une campagne d’information spécifique à destination des personnes les plus vulnérables. Une sensibilisation personnalisée est effectuée, permettant de pallier les difficultés d’accès de ces personnes aux efforts de sensibilisation de masse. Cette campagne d’information inclut également l’entourage immédiat de la personne vulnérable, sa famille et ses voisins.

Enfin, l’atelier de fabrication dédié à la construction des abris transitionnels à Petit-Goâve s’est mobilisé pour la production d’une centaine de lits adaptés pour les centres de traitement du choléra de Petit-Goâve, de Grand-Goâve, de Miragoâne et des Cayes.

Handicap International a également largement diffusé des recommandations pour la prise en considération des personnes handicapées dans la gestion de la réponse au choléra, notamment auprès des acteurs intervenant dans les domaines de la santé, de la protection et de la gestion de camps.

 

1/ Les kits sont composés d’un seau en plastique avec couvercle, d’un sac pour conserver ses affaires au sec, d’une couverture polaire, d’une serviette de bain, d’une éponge, de savons solides, de tablettes de purification de l’eau et de sachets de solutions orales de réhydratation.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?