Accès direct au contenu

Haïti : Un an et demi d’actions en images

18 mois après le 12 janvier 2010, les soins d’urgence ont fait place à la réadaptation, puis au retour à la maison. Mais pour les personnes souffrant désormais d’une infirmité permanente, il faut s’adapter à une vie nouvelle, apprendre à être autonome et être accepté dans la société. Un défi énorme que Handicap International s’attelle à relever.
Rose-Mika a le sourire : elle entame une formation à la couture.

18 mois après le 12 janvier 2010, les soins d’urgence ont fait place à la réadaptation, puis au retour à la maison. Mais pour les personnes souffrant désormais d’une infirmité permanente, il faut s’adapter à une vie nouvelle, apprendre à être autonome et être accepté dans la société. Un défi énorme que Handicap International s’attelle à relever.

Lire la présentation des projets menés par la section belge de Handicap International

Fin mai, Olivier Jourdain a passé quelques jours en Haïti. Il est parti à la rencontre des patients de Handicap International, muni de sa caméra. Il en ramène quatre courts-métrages. Quatre films pour éclairer quatre aspects de nos projets.

1) Après le séisme, nos kinés ont été soutenus par de jeunes Haïtiens qui ont progressivement découvert la fonction d’aide-kiné. Tina est de ceux-là.

2) Une période de troubles et d’insécurité a suivi le séisme. Le 3 février, Josué a reçu une balle, qui a traversé sa colonne vertébrale. Après 1 an et 3 mois passés à l’hôpital, Josué rentre aujourd’hui à la maison… Entre espoir et craintes.

3) Sainte-Hélène a été amputée suite au séisme. Après des mois à l'hôpital, elle a passé du temps au « Village des Vigoureux » afin de préparer le retour à la maison. Mais une fois chez elle, Sainte-Hélène devait aussi trouver un moyen pour gagner sa vie. Elle a choisi d’ouvrir un commerce de boissons.

4) Rose-Mika a été blessée lors du séisme et elle en garde des séquelles. Les patrons accepteront-ils de l’engager, elle qui est désormais handicapée ? Une dose de sensibilisation et d’adaptation peuvent aider à les convaincre… Rose-Mika a de la chance : elle va débuter une formation à la couture.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?