Goto main content

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Insertion Santé Urgence

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Un travailleur humanitaire de l'équipe HI en Ouganda (photo d'arcive)

Un travailleur humanitaire de l'équipe HI en Ouganda (photo d'archive) | © Quinn Neely / HI

Le cap du million de cas confirmés dans le monde a été franchi dans quelque 183 pays et territoires. Aujourd’hui, 94 % des 55 pays où intervient l’association sont touchés.

En Afrique, en Amérique Latine, en Asie du Sud et du Sud-Est, au Moyen Orient, il est primordial d’empêcher une propagation incontrôlée de la maladie, mais il faut agir maintenant, même si le nombre de cas officiellement identifiés est encore faible dans nombre de ces pays. C’est pourquoi nos équipes sont auprès de nos bénéficiaires partout où cela reste possible, adaptant leurs modalités d’intervention pour stopper la progression et protéger un maximum de personnes.

Adapter nos interventions pour protéger les plus fragiles

« Il s’agit d’abord de protéger nos bénéficiaires qui comptent parmi les plus vulnérables face à ce virus. Il y a à la fois des enjeux de prévention, mais aussi un fort enjeu sur les besoins de base pour que des personnes, déjà vulnérables, ne le deviennent pas plus encore et qu’elles puissent avoir accès à la nourriture, aux produits d’hygiène, aux services de santé. » explique Fanny Mraz, de la Direction de l’Urgence de Handicap Internatonal. « Les adaptations se font dans chaque pays selon le contexte. Certains projets sont en attente, tandis que d’autres sont adaptés et que de nouveaux projet spécifiques en réponse à la crise du Covid-19 sont lancés. Pour l’heure, les secteurs que nous considérons prioritaires sont l’hygiène, la protection, l’accès aux moyens de subsistances, le soutien psychosocial et l’appui logistique aux acteurs de la communauté humanitaire afin d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire. » 

Aujourd’hui, au moins 37 de nos projets ont été adaptés et ont commencé à intégrer ou préparer des mesures spécifiques en réponse au coronavirus, avec de nombreuses actions de sensibilisation et de prévention (Algérie, Bangladesh, Colombie,  Ethiopie,  Haïti, Libye,  Madagascar, Mali, Sierra Leone,…), des adaptations de notre logistique et de notre appui humanitaire en Centrafrique, des distributions de matériel de protection (gants, masques, gel hydro-alcoolique, notamment au Rwanda)… Ce chiffre évolue très vite.

La sensibilisation à l’hygiène est essentielle

Partout, on sait maintenant que l’urgence sanitaire et médicale doit nécessairement se combiner à des actions de sensibilisation et d’éducation qui permettent en parallèle d’anticiper et de protéger tout un chacun et de démultiplier les effets de la lutte contre la pandémie. La sensibilisation à l’hygiène et aux mesures de protection constitue une urgence absolue face au Covid-19. Pour y répondre, les membres de nos équipes sont formés pour pouvoir se protéger eux-mêmes et sensibiliser les personnes qu’ils aident aux messages de prévention. Les outils utilisés (affiches,…) respectent les standards internationaux.

« Hygiène des mains avec utilisation de savon ou de gel hydro-alcoolique, respect des distances, bonnes pratiques pour se protéger… Port de masques FFP2 dans les structures de santé et dans le cadre d’activités le nécessitant… Des recommandations sont mises en place pour les membres des équipes de Handicap International et leurs bénéficiaires.  Bien sûr, nous sommes confrontés aux mêmes problématiques qu’ailleurs. Se procurer des masques FFP2 sera par exemple aussi difficile qu’en Europe, voire bien plus. Et d’autres difficultés vont certainement apparaître ; l'épidémie de COVID-19 augmentera de manière considérable les  discriminations  et les violences basées sur le handicap, le genre et l’âge mais aussi envers certains groupes, tels que  les migrants, personnes déplacées, demandeurs d'asile, réfugiés... » poursuit Fanny Mraz.


Des conseils précis s’adressent aux personnes handicapées, avec une adaptation des messages pour celles ayant des difficultés à communiquer, comme les personnes sourdes, malentendantes, ou malvoyantes. D’autres concernent spécifiquement les aidants. Les modalités de diffusion des messages diffèrent selon le public ciblé.

Une réponse d'urgence adaptée, de nouveaux projets lancés

La Direction de l’Urgence de HI a établi un cadre de réponse d’urgence à la crise Covid19 considérant les besoins d’appui sur les secteurs prioritaires pré définis aux niveaux étatiques, communautaires et individuels dans nos pays d’intervention. Là où l’accès aux populations n’est pas possible, des modalités de réponses spécifiques seront utilisées (utilisation des médias, des moyens digitaux, de plateforme internet.)

«Les activités de réponse d’urgence comprennent des distributions de matériel d’hygiène ou de l’aide aux moyens de subsistance. Atlas Logistique, l'unité opérationnelle logistique de Handicap International, est prête à intervenir. Atlas Logistique pourra mettre à disposition de la communauté humanitaire ses plateformes logistiques et son expertise des problématiques d’accès » explique Fanny Mraz. « Nous pensons également qu’il faudra rester particulièrement proches des personnes souffrant de problèmes de santé mentale, qui peuvent développer des symptômes spécifiques de stress intense et d’angoisse dans ce contexte. Nous serons aussi très vigilants sur les questions de stigmatisation potentielle de certaines populations atteintes du Covid-19, notamment les personnes handicapées. »

Publié le : 13 octobre 2021

Pour aller plus loin

Il y a encore énormément à faire en matière de santé mentale
©Handicap International
Santé

Il y a encore énormément à faire en matière de santé mentale

Les 5 et 6 octobre, le ministre français des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, accueilleront à Paris, un Sommet mondial sur la santé mentale intitulé « Mind Our Rights, Now ! ».

Ce sommet réunira des hauts responsables politiques, des organisations internationales, des professionnels de santé, des experts et acteurs de la société civile, mais aussi des fondations et des personnalités issues du milieu académique, avec l’ambition de renforcer la mobilisation internationale en faveur de la santé mentale, de promouvoir le respect des droits et de valoriser les expériences innovantes à l’international.

Maximilien Zimmermann, réfèrent technique Santé mentale et soutien psychologique chez Handicap International, y participera. Il nous parle de son travail au sein de notre ONG et des enjeux de ce sommet. Rencontre.

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale
© Benoit Almeras / HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

HI agit pour l’inclusion des enfants atteints de paralysie cérébrale

A l’occasion de la Journée mondiale de la Paralysie Cérébrale, le 6 octobre, HI met l’accent sur l’importance de la prise en charge des enfants nés avec ce handicap.

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.