Goto main content

Ukraine: L’impact à long-terme de la guerre sur la santé des plus vulnérables

Santé Urgence
Ukraine

Deux ans après l’invasion de la Russie, Handicap International déplore une augmentation des besoins en termes de santé des personnes les plus à risques notamment dans l’Est de l’Ukraine où se situe la ligne de front.

Antonina Kolytova, aged 68, from Vuhledar, receives a rehabilitation and mobility session from physiotherapist, Maria Topka. Novomoskovsk, Ukraine.

Antonina Kolytova, aged 68, from Vuhledar, receives a rehabilitation and mobility session from physiotherapist, Maria Topka. Novomoskovsk, Ukraine. | © T. Nicholson / HI

Un accès aux soins de santé limité, voir inexistant


A women sitted in a sofa is doing exercises, hand raised and follow the advices of HI physio Maria who is sitted next to her doing the same with her handsAntonina et son mari ont fui la ville de Vuhledar, située sur la ligne de front pour venir trouver refuge à Novomoskovsk. Novomoskovsk est une ville industrielle d’environ 70 000 habitants située à 25 kilomètres de Dnipro, dans l’Est de l’Ukraine.
Ce couple de soixantenaire vit désormais dans un immeuble ancien, accessible uniquement par ascenseur. En général ce type de bâtiment n’est pas équipé pour les personnes ayant des problèmes de mobilité. Atteinte d’un cancer et sous chimiothérapie lorsque le conflit ont éclaté à Vuhledar, elle a malheureusement fait un accident cardio vasculaire cérébral peu de temps après avoir emménagé dans cette nouvelle ville.


Antonina is walking thanks to a mobility aid in the small room of the appartement where we can see a toilet chair a sofa and a table, helped by Maria the physio on her rightDans leur nouveau logement, le lit, le canapé, le déambulateur, les toilettes ont été regroupés dans l’ancien salon pour minimiser les efforts d’Antonina. .
Récemment, Antonina a ressenti une sensation de froideur et un manque de sensibilité dans sa main. Elle explique : "J'ai l'impression que ce n'est pas ma main, qu'elle est dans un gant". Antonina souffre du syndrome du canal carpien qui pourrait être dû à son accident vasculaire cérébral ou à la perfusion intraveineuse posée à l’hôpital.


Maria Topka, 22 ans, kinésithérapeute chez Handicap International, lui a rendu visite pour pratiquer des séances de réadaptation individuelle. Elle lui a par  montré des exercices de musculation qu'Antonina peut pratiquer de manière autonome, chez elle.
En plus de la réadaptation, Handicap International lui a récemment donné des toilettes portables et un nouveau déambulateur afin de faciliter son quotidien.


Les difficultés d’accès aux soins de santé font partie des besoins humanitaires les plus importants que rencontrent les équipes de Handicap International en Ukraine :


« C’est le cas notamment dans les zones rurales, les territoires proches de la ligne de front ou les oblasts frontaliers avec la Russie », précise Rhiain Moses, chef de projet senior de HI à Dnipro, dans l’Est de l’Ukraine.


De « petits miracles » sont possibles!

 

Ce sont ces personnes, comme Antonina, plus vulnérables à l'exclusion et au manque d'accès aux soins approriés, que les équipes mobiles de Handicap International dans l’Est de l’Ukraine souhaitent soutenir le plus efficacement possible. Depuis le début de la réponse d’urgence de Handicap International en février 2022, plus de 12 000 sessions de réadaptation ont été effectuées.


Et ce soutien régulier fait ses preuves. Voire de « petits miracles », comme pour Serhii, 36 ans, vivant avec sa mère dans un centre d’accueil de personnes déplacées à Pavlorad.
Serhii et sa mère ont déjà vécu plus de dix ans de guerre. Serhii était cuisinier, et le 30 janvier 2016 sa vie bascule : une roquette tombe sur sa ville natale de Avdiivka. Renversé par l’onde de choc, Serhii a gravement été blessé.
En raison de l'intensité des combats, les médecins et les neurologues avaient déjà quitté la ville, et il aura fallu cinq jours pour qu'un médecin de Kramatorsk arrive. Serhii n’a pas pu être évacué et a donc été opéré dans la ville. Il a subi une craniectomie : un tiers de son cerveau a été retiré pour le garder en vie. Des plaques métalliques maintiennent désormais son crâne en place.


A man seriously injured is standing up and try to walk thanks to crutches and the help of HI physiotherapistLes médecins condamnaient le jeune homme : il ne pourrait jamais remarcher. Mais désormais, après beaucoup d’entraînement et de rééducation, Serhii peut faire quelques pas et se déplacer grâce à des béquilles malgré ses tremblements.

 

 

 


Irina Yashchuk, responsable du projet Santé de Handicap InternationaI dans l’Est de l’Ukraine conclut :

"La réduction de l'accès à des besoins aussi fondamentaux que les soins médicaux a de graves conséquences : une détérioration générale de la santé des personnes et l'aggravation des maladies chroniques ou l'apparition de nouvelles maladies chez certains bénéficiaires. L'exposition à un stress chronique dans le contexte d'une guerre en cours peut également affecter la santé des personnes, les affaiblissant à la fois psychologiquement et physiquement."

 

Publié le : 13 février 2024

Pour aller plus loin

Rapport final Ukraine 12-12 Urgence

Rapport final Ukraine 12-12

Quelle aide les ONG du consortium 12-12 ont-elles fourni après 2 ans de guerre?

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées Mines et autres armes Urgence

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.