Accès direct au contenu

Les Etats Parties doivent empêcher l’usage de sous-munitions en Libye

Mines et autres armes
La Cluster Munition Coalition (CMC) appelle tous les pays ayant adhéré à la Convention sur les armes à sous-munitions à faire le nécessaire pour éviter que des armes sous-munitions ne soient utilisées au cours de l’intervention militaire en Libye, même par les Etats non signataires.
Sous-munition

La Cluster Munition Coalition (CMC*) appelle tous les pays ayant adhéré à la Convention sur les armes à sous-munitions à faire le nécessaire pour éviter que des armes sous-munitions ne soient utilisées au cours de l’intervention militaire en Libye, même par les Etats non signataires.

La résolution 1973 du Conseil de Sécurité des Nations Unies appelle les pays à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des civils et des régions peuplées par des civils. L’utilisation d’armes à sous-munitions serait en contradiction avec l’objet de cette résolution, les recherches ayant prouvé que ces armes ont porté atteinte aux civils dans chaque conflit où elles ont été utilisées.

Tous les Etats ayant adhéré à la Convention ont l’obligation légale de mettre en œuvre la Convention et de promouvoir ses principes, notamment en s’efforçant de persuader les pays non signataires de ne pas utiliser des armes à sous-munitions, comme stipulé à l’article 21 de la Convention. La CMC appelle donc tous les Etats qui ont signé la Convention sur les armes sous-munitions à insister auprès des Etats non signataires afin qu’ils excluent toute utilisation d’armes sous-munitions au cours des opérations en Libye.

Lors de la première réunion des Etats Parties qui s’est tenue Vientiane, au Laos, les Etats membres ont adopté le plan d’action Vientiane 2010. Dans ce texte, ils confirment leur engagement à décourager par tous les moyens l’utilisation d’armes à sous-munitions. La CMC a également appelé la Libye à de ne pas utiliser ses stocks d’armes à sous-munitions et à adhérer à la Convention.

* Handicap Internationalest membre fondateur de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL) et de la Cluster Munition Coalition (CMC), la campagne internationale pour une interdiction des armes à sous-munitions.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.