Accès direct au contenu

Les Etats-Unis à contre courant

La 13e Conférence des Etats parties au traité d’interdiction des mines antipersonnel s’est achevée ce 5 décembre à Genève. Alors que les 95 Etats parties présents ont renouvelé leur engagement dans la lutte contre les mines et les restes explosifs de guerre, la délégation des Etats-Unis n’a pas communiqué les conclusions de l’examen de leur politique lancé en 2009.
Un démineur de Handicap International utilise un détecteur de métal sur un champ

Conférence de Genève sur les mines antipersonnel

La 13e Conférence des Etats parties au traité d’interdiction des mines antipersonnel s’est achevée ce 5 décembre à Genève. Alors que les 95 Etats parties présents ont renouvelé leur engagement dans la lutte contre les mines et les restes explosifs de guerre, la délégation des Etats-Unis n’a pas communiqué les conclusions de l’examen de leur politique lancé en 2009. Les Etats-Unis n’ont pas utilisé ces armes depuis plus de vingt ans, n’en produisent ni n’en exportent plus, et sont les plus importants bailleurs à l’action contre les mines. En dépit de cette attitude exemplaire, ils refusent toujours d’adhérer au Traité d’Ottawa, une décision incompréhensible pour Handicap International.

Un silence regrettable

En 2009, le président Barack Obama avait lancé un examen approfondi de la politique américaine sur les mines antipersonnel, afin de déterminer si le pays était prêt à rejoindre le Traité d’Ottawa. En 2012, les Etats-Unis s’étaient engagés à rendre leurs conclusions d’ici la fin de l’année 2013. Pourtant, jeudi 5 décembre, à la 13e Conférence des Etats parties au Traité d’Ottawa à Genève, la délégation américaine n’a pas souhaité se prononcer sur une possible interdiction des mines antipersonnel. Les Etats-Unis restent donc le seul pays de l’OTAN à ne pas avoir adhéré au Traité d’Ottawa. Handicap International déplore ce manque d’engagement politique du gouvernement américain en contradiction avec leurs agissements exemplaires.

Les Etats-Unis n’ont plus utilisé de mines antipersonnel depuis 1991 (première guerre du Golfe), ils n’en produisent plus depuis 1997 et n’en exportent plus depuis 1992. Depuis 1993, ils ont alloué plus de 2 milliards de dollars à l’action contre les mines (déminage, assistance aux victimes…), soit plus que n’importe quel autre pays. En 2012, à eux seuls, ils ont versé près de 135 millions de dollars, soit 20% des financements mondiaux.

« Il n’est pas admissible que les Etats-Unis refusent de confirmer leurs engagements pour l’éradication de ces armes. Notre pays possède toujours plus de 10 millions de mines dans ses stocks. En refusant d’adhérer au Traité d’Ottawa, il s’octroie de fait le droit de les utiliser. Les mines et restes explosifs de guerre sont responsables d’une nouvelle victime toutes les deux heures dans le monde. Les civils représentent plus des trois quarts de ces victimes, dont près de 50% sont des enfants. Les Etats-Unis doivent adhérer sans délai au Traité d’Ottawa », affirme Elizabeth MacNairn, directrice de Handicap International aux Etats-Unis.

Un nouveau plan d’action en 2014

La conférence de Genève s’est achevée sur une annonce positive, trois nouveaux Etats (Bhoutan, Hongrie, Venezuela) ayant annoncé la dépollution complète de leur territoire. Les 95 Etats Parties présents à la Conférence ont rappelé les objectifs à atteindre d’ici la 3e Conférence d’examen du Traité d’interdiction des mines antipersonnel qui se déroulera à Maputo (Mozambique) en juin 2014. Les Etats devront y dresser un bilan des cinq années passées quant à la bonne application des dispositions du Traité et adopteront un nouveau plan d’action pour les cinq années suivantes. Handicap International est particulièrement mobilisée sur la préparation de cette conférence, pour obtenir le plan d’action le plus ambitieux possible.

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Visite royale chez Handicap International
Copyright: A. Bertels - HI

Visite royale chez Handicap International

La reine Mathilde s’est rendue mardi matin dans les bureaux de Handicap International à Bruxelles afin de rencontrer le directeur de l’organisation en Belgique, Erwin Telemans, ainsi que plusieurs collaborateurs. Ils ont échangé avec la souveraine sur le fonctionnement, la vision et les futurs projets de l’organisation dans plus de 60 pays, mais également ceux mis en place en 2020 pour venir en aide aux personnes handicapées durant la pandémie.

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.