Accès direct au contenu

Les victimes de sous-munitions défient les Etats-Unis

Mines et autres armes
Trois personnes dont la vie a été affectée par des sous-munitions sont en tournée. A travers le Midwest américain, ils sensibilisent et tâchent d’accroître le soutien à l’interdiction des sous-munitions par les Etats-Unis. Le Libanais Raed Mokaled et les Afghans Soraj Ghulam Habib et Safdar Suliman voyagent du 6 au 15 octobre dans le cadre du projet « Ban Advocates » de Handicap International qui permet aux membres des communautés affectées par les armes à sous-munitions d’être directement impliqués dans le processus devant mener à leur interdiction (processus d’Oslo).
Raed Mokaled, Soraj Ghulam Habib et Safdar Suliman, Ban Advocates, aux USA

Trois" Ban Advocates" parcourent le Midwest pour promouvoir le traité d’interdiction des sous-munitions

Trois personnes dont la vie a été affectée par des sous-munitions sont en tournée. A travers le Midwest américain, ils sensibilisent et tâchent d’accroître le soutien à l’interdiction des sous-munitions par les Etats-Unis. Le Libanais Raed Mokaled et les Afghans Soraj Ghulam Habib et Safdar Suliman voyagent du 6 au 15 octobre dans le cadre du projet « Ban Advocates » de Handicap International qui permet aux membres des communautés affectées par les armes à sous-munitions d’être directement impliqués dans le processus devant mener à leur interdiction (processus d’Oslo).

Depuis le lancement du processus d’Oslo en février 2007, les États-Unis font pression sur plus de 100 États en vue d’éviter l’adoption d'une interdiction internationale des armes à sous-munitions. Au cours des négociations finales, à Dublin, des négociateurs ont indiqué que le président Bush était entré en contact avec certains de ses homologues en vue d'affaiblir le traité.

En dépit de ces efforts, 107 États ont adopté la Convention sur les armes à Sous-Munitions (CSM) à Dublin le 30 Mai 2008. La CSM doit être signée à Oslo le 3 décembre 2008. Dans une dernière tentative visant à saper la convention, les États-Unis sont susceptibles de promouvoir en novembre un nouveau protocole qui légitimerait les armes à sous-munitions.

L'an dernier, le Congrès des États-Unis a interrompu les exportations de sous-munitions. Si le candidat à la présidence Barack Obama a exprimé à maintes reprises son appui à des mesures interdisant l’usage et le transfert d’armes à sous-munitions, la position du candidat présidentiel John McCain reste floue. Plusieurs sénateurs du Midwest sont essentiels à l’effort visant à interdire les sous-munitions.

Pour suivre la tournée américaine et en apprendre plus sur la participation des victimes de sous-munitions dans le processus d'Oslo, voir http://blog.banadvocates.org - en anglais

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.