Accès direct au contenu

Libye: Déjà 3 500 restes explosifs de guerre mis hors d’état de nuire

Mines et autres armes
Les restes explosifs de guerre continuent de blesser ou tuer des civils libyens, six mois après la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Un jeune garçon de treize ans est décédé la semaine dernière à la suite de l’explosion d’un engin non explosé, à Zlitan, une commune côtière située à une cinquantaine de kilomètres de Misrata. Dans la région, 80% des victimes recensées avaient moins de 23 ans. Les enfants et adolescents restent la population la plus vulnérable, par manque de conscience du danger que représentent ces armes.
photo d'un démineur

Les restes explosifs de guerre continuent de blesser ou tuer des civils libyens, six mois après la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Un jeune garçon de treize ans est décédé la semaine dernière à la suite de l’explosion d’un engin non explosé, à Zlitan, une commune côtière située à une cinquantaine de kilomètres de Misrata. Dans la région, 80% des victimes recensées avaient moins de 23 ans. Les enfants et adolescents restent la population la plus vulnérable, par manque de conscience du danger que représentent ces armes.

Pour éviter que de nouveaux drames se produisent, Handicap International s’engage au quotidien dans la prévention des risques liés à ces armes de guerre et la dépollution des zones contaminées. La semaine dernière, les équipes de dépollution de Syrte ont ainsi sécurisé deux parcs et une école pour que les enfants puissent à nouveau jouer et s’instruire sans risque.

Handicap International s’est également mobilisée en urgence suite à l’explosion, en mars 2012, de l’entrepôt de stockage de munitions se situant à quelques centaines de mètres de l’école municipale de Dafniya. L’association a ainsi sensibilisé plus de 300 enfants aux risques des engins non explosés.

Depuis le lancement des activités en Libye, en mars 2011, Handicap International a détruit plus de 3 500 restes explosifs de guerre et l’association a sensibilisé près de 50 000 personnes aux dangers de ces armes. 

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.