Accès direct au contenu

Libye : « Un objet brillant près d’un arbre a attiré mon attention »

Mines et autres armes
Mohamed est un adolescent de treize ans qui vit à Benghazi. Il a un frère et trois sœurs. Le lundi 21 mars 2011, Mohamed était entrain de jouer au football avec ses amis devant son immeuble, lorsqu’un objet brillant près d’un arbre attira son attention. Mohamed, curieux, le ramassa pour le ramener chez lui. Il commença à jouer avec contre le mur. C’était une sous-munition qui explosa ; des fragments furent projeter sur plusieurs mètres. L’enfant a été touché à la main et au visage. Il a perdu plusieurs doigts dans l’accident.
image de Mohamed, qui est traîté par un docteur

Mohamed est un adolescent de treize ans qui vit à Benghazi. Il a un frère et trois sœurs. Le lundi 21 mars 2011, Mohamed était entrain de jouer au football avec ses amis devant son immeuble, lorsqu’un objet brillant près d’un arbre attira son attention. Mohamed, curieux, le ramassa pour le ramener chez lui. Il commença à jouer avec contre le mur. C’était une sous-munition qui explosa ; des fragments furent projeter sur plusieurs mètres. L’enfant a été touché à la main et au visage. Il a perdu plusieurs doigts dans l’accident.

Aujourd’hui, il suit des séances de kinésithérapie pour rééduquer sa main et bénéficie d’un soutien psychologique car il est profondément affecté par ce drame.

Mohamed ne connaissait pas le danger que de telles armes représentent. Comme beaucoup d’enfants en Libye, il a voulu jouer avec un objet qui lui semblait ludique et inoffensif.
Depuis mars 2011, Handicap International travaille en Libye pour sensibiliser la population, et notamment les enfants, aux dangers que représentent ces armes. Les équipes de l’association interviennent dans les écoles et diffusent des documents pédagogiques pour expliquer les gestes simples qui peuvent sauver une vie. A ce jour, l’association a distribué près de 60 000 dépliants aux communautés menacées et collé 5 000 affiches dans les villes polluées par ces armes. 20 000 cahiers pour les enfants ont été distribués, notamment lors des sessions de sensibilisation dans les écoles. Des jeux permettent de sensibiliser les enfants de manière ludique et pédagogique. Une chanson a été également réalisée pour eux. Elle est aujourd’hui diffusée massivement sur les radios et a rencontré un grand succès national.

En tout, près de 50 000 personnes ont été sensibilisées, dont au moins 20 000 enfants, premières victimes de ces armes.
 

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.