Accès direct au contenu

Madagascar : plus de 500 personnes prises en charge par Handicap International

Le 22 février, un cyclone nommé Haruna a frappé la côte sud-ouest de Madagascar. A ce jour, 27 février, les évaluations disponibles font état de 18 morts et 22 000 personnes déplacées. 7 districts (sur les 118 que compte le pays) ont été touchés par le cyclone. Handicap International, présente dans le district de Toliary participe à la réponse humanitaire.

Le 22 février, un cyclone nommé Haruna a frappé la côte sud-ouest de Madagascar. A ce jour, 27 février, les évaluations disponibles font état de 18 morts et 22 000 personnes déplacées. 7 districts (sur les 118 que compte le pays) ont été touchés par le cyclone. Handicap International, présente dans le district de Toliary participe à la réponse humanitaire.

L’association participe à la coordination des secours, et à ce stade en charge de l’identification et l’accompagnement des déplacés au lycée d’Antaninarenina, et leur relogement temporaire sur l’un des 2 sites aujourd’hui identifiés comme zone d’accueil aménagée (le gymnase de Toliary et le camp militaire de la commune urbaine de Toliary). Dans ce groupe de déplacés, il y a 547 personnes, dont 177 enfants de moins de 5 ans, 24 femmes enceintes et 56 femmes qui allaitent leur enfant. Leurs conditions actuelles d’hébergement sont des plus sommaires et leur transfert est en cours d’organisation.

Handicap International intervient habituellement dans ce district avec le projet « prisons » - initié depuis 4 ans - au sein de la maison centrale de Toliary à travers une approche psycho-sociale pour améliorer les conditions de vie des détenus. Les stocks alimentaires ont été détruits par les inondations, l’infrastructure de la maison de détention a été endommagée, sans que soient touchées les cellules où sont enfermés les quelques 550 détenus. Le besoin prioritaire est donc de reconstituer les stocks alimentaires.
 

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?