Nos actions en Libye après 5 ans de conflit

  • Zeven kinderen poseren lachend temidden van wat lijkt op een openluchtliving met golfplaten op de achtergrond

Il règne une extrême instabilité politique et sécuritaire en Libye, cinq ans après la chute de Mouammar Kadhafi. C'est pour cette raison que la délégation de l’association est basée depuis juillet 2014 à Tunis, en Tunisie. Anne Barthès qui dirige la mission depuis février dernier revient sur les programmes actuellement menés par Handicap International dans cette région.

Des soins de qualité pour les enfants les plus vulnérables

" Depuis août, nous travaillons exclusivement auprès des enfants des familles déplacées à Tripoli, avec une attention particulière apportée aux enfants handicapés. Une équipe mobile, composée d’un kinésithérapeute et de deux travailleurs psycho-sociaux, sillonne les camps de déplacés et leurs alentours, car les déplacés sont parfois logés par des familles d’accueil. Avec l’aide des représentants des déplacés, cette équipe repère les enfants handicapés présentant des besoins liés à leur handicap. Elle fournit alors béquilles, déambulateurs, fauteuils roulants, etc., ainsi que des soins en réadaptation. Si nécessaire, l’équipe oriente les familles vers les centres de santé les plus proches."

Sensibiliser au handicap et aux problèmes psycho-sociaux

" Nos équipes sensibilisent également les personnes déplacées à ce qu’est le handicap, prodiguant des conseils pour mieux inclure les personnes handicapées à la vie de famille, à celle du groupe ou du quartier. Point important, nous profitons de ces sessions de sensibilisation pour informer les gens sur les troubles psychosociaux : après cinq ans de guerre et de multiples déplacements pour fuir les combats, beaucoup d’enfants présentent des signes d’anxiété, de dépression, voire de traumatisme psychologique. Certains se renferment totalement sur eux-mêmes.

Les questions psychologiques sont mal connues et même taboues en Libye. Nous mettons les familles dont les enfants présentent de tels symptômes en relation avec les organisations proposant une aide adaptée, comme des activités récréatives sur des aires de jeux, des séances de prise parole en groupe, parfois en présence des parents…"

Soutenir les structures de santé

" Nous apportons un soutien au département de kinésithérapie de quatre hôpitaux et centres de soins : nous faisons des dons d’équipements, comme des béquilles, des déambulateurs, des fauteuils roulants, et dispensons une formation au personnel médical pour lui apprendre à identifier les personnes présentant des troubles psychosociaux."

Informer sur les services existants

" Les familles déplacées sont très mal informées sur les services médicaux disponibles, les horaires, les tarifs, etc. Des personnes restent sans les soins dont elles ont besoin alors que les services existent. C’est pourquoi nous sommes en train de produire une brochure d’information sur les centres de santé à Tripoli, leurs emplacements, leurs spécialités, que nous avons commencé à distribuer aux familles déplacées fin août. "