Accès direct au contenu

«Nous devons maintenir la pression pour éliminer les mines antipersonnel»

Mines et autres armes
Il y a quinze ans, le Traité d'Ottawa entrait en vigueur. Ce traité interdit le commerce, l'utilisation, la production, le stockage et le transport des mines antipersonnel. Gilles Delecourt, Directeur des programmes d'action contre les mines chez Handicap International, évoque la lutte contre les mines.
Gilles Delecourt

Il y a quinze ans, le Traité d'Ottawa entrait en vigueur. Ce traité interdit le commerce, l'utilisation, la production, le stockage et le transport des mines antipersonnel. Gilles Delecourt, Directeur des programmes d'action contre les mines chez Handicap International, évoque la lutte contre les mines.

 

En quoi consistent exactement les actions de lutte contre les mines menées par Handicap International ?

Le déminage et la dépollution  des terrains affectés est l’une de nos priorités. Nous intervenons dans les zones contaminées par les mines ou restes explosifs de guerre  mais également dans celles qui le deviennent suite à l’explosion d’entrepôts de munitions. Par exemple, en Libye, les activités de dépollution se sont renforcées en 2013 avec le déploiement de deux nouvelles équipes de démineurs près de Misrata dans une zone très contaminée suite à l’explosion de plus de 40 entrepôts contenant des munitions en tous genres. Ces activités permettent de prévenir un grand nombre d’accidents.
En parallèle, nous mettons en œuvre des actions de prévention, pour sensibiliser les populations aux risques qu’elles encourent en présence des restes explosifs de guerre. Nous apprenons les bons gestes à adopter en présence de ces engins non explosés (ne pas les approcher ou les toucher, marquer la zone et prévenir nos équipes ou les autorités). Cela permet notamment de sensibiliser les enfants qui sont bien souvent les premières victimes de ces armes car ils n’ont pas conscience du danger.

Après 15 ans d'existence du Traité d'Ottawa, pourquoi est-il toujours important de mener campagne ?
Le renforcement de la mobilisation est essentiel, par exemple pour condamner les nouvelles utilisations de ces armes, comme en Syrie en 2012 et 2013. De nouvelles preuves attestent également de l’usage de ces armes par le Yémen, pourtant Etat partie, en 2011. Cette violation sans précédent du traité vient malheureusement entacher des résultats par ailleurs très positifs  du Traité d’Ottawa : l'Observatoire des mines  a en effet enregistré l’année dernière le plus faible nombre de nouvelles victimes, la plus grande surface jamais décontaminée et le plus haut niveau de financement mondial en faveur de la lutte contre les mines.

Il est également primordial de militer pour que le Traité soit universel. Aujourd’hui 161 Etats dans le monde l’ont ratifié, soit 80% des pays de la planète. Mais de grandes puissances comme les Etats-Unis, la Russie ou la Chine refusent toujours d’y adhérer. Handicap International s’appuie sur la mobilisation citoyenne pour leur faire entendre raison et éviter toute possibilité d’utiliser à nouveau ces armes dont la grande majorité des victimes sont des civils.

Les Traités sont des arguments indispensables pour nous aider à mobiliser les Etats à fournir les moyens nécessaires à la disparition de ces armes à travers la planète. En effet, en rejoignant ces conventions internationales, les Etats s’engagent à porter assistance aux pays pollués.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.