Go to main content

Philippines : aider ceux qui en ont le plus besoin

L'ampleur de la catastrophe humanitaire qui a suivi le passage du typhon Washi sur l'île de Mindanao – au Sud des Philippines – a pris tout le monde de court et coûté la vie à plus de 1000 personnes. Sur place, les équipes de Handicap International sont mobilisées pour répondre à l'urgence.

L'ampleur de la catastrophe humanitaire qui a suivi le passage du typhon Washi sur l'île de Mindanao – au Sud des Philippines – a pris tout le monde de court et coûté la vie à plus de 1000 personnes. Sur place, les équipes de Handicap International sont mobilisées pour répondre à l'urgence.

« Personne ne s'attendait à ça, témoigne Catherine Vasseur, qui dirige les opérations de Handicap International sur place. Le pays doit régulièrement faire face au passage de tempêtes tropicales, mais les localités touchées cette fois ci – Cagayan de Oro et Iligan city – sont habituellement épargnées et les populations n'étaient pas préparées à une telle catastrophe. » La conjonction de précipitations d'une intensité exceptionnelle et de la marée haute a fait que les fleuves n'ont pu évacuer l'eau vers la mer et que des torrents se sont formés, emportant tout sur leur passage, sur des dizaines de kilomètres.

Une semaine après les inondations, les habitants sont encore sous le choc, et les secours peinent à s'organiser de manière efficace. Handicap International a donc mobilisé toutes les ressources disponibles immédiatement afin de mener une première évaluation à Cagayan De Oro où des kits d'urgence (kits d'hygiène, kits d'abri d'urgence, aides à la mobilité...) stockés à Manille doivent arriver dans les tout prochains jours. « Dans des moments comme ceux que nous vivons, on voudrait toujours que tout aille plus vite et on fait tout notre possible pour que l'aide soit disponible rapidement et qu'elle parvienne effectivement à ceux qui en ont le plus besoin, explique Catherine. Mais les opérations humanitaires prennent un certain temps à s'organiser. C'est une situation très frustrante. »

De par sa dimension humaine et le mandat spécifique de l'association, Handicap International est en mesure de se projeter très rapidement mais surtout d'atteindre spécifiquement les personnes les plus touchées, dont les personnes en situation de handicap, mais également les personnes fragilisées par leur isolement, leur âge, leur sexe, ou leur condition sociale. En s'associant à la réponse humanitaire internationale, Handicap International entend ainsi s'assurer que l'aide parvient effectivement à ceux qui en ont le plus besoin.

« Tout le monde est mobilisé »

Présente aux Philippines depuis plus de 20 ans, Handicap International avait anticipé les risques de désastres et mis en place des procédures de réponse rapide qui ont été déclenchées lors de la catastrophe. L'association s'appuie également sur sa connaissance de la région et l'implication de ses équipes pour être la plus réactive et efficace possible. « Tout le monde est mobilisé, poursuit Catherine, le jour même de la catastrophe je recevais des appels des équipes, alors en congé pour les fêtes, qui se rendaient disponibles pour organiser notre réponse. Des personnes ayant travaillé pour l'association au cours des années précédentes m'ont également contactée pour apporter leur aide. »

Au-delà de la réponse immédiate, l'évaluation menée ces derniers jours devra déterminer l'action de l'association dans les prochains mois et mesurer l'opportunité de mettre en place des relais handicap et vulnérabilité pour garantir l'accès de tous aux soins et à l'aide humanitaire internationale qui se met en place.

« Le problème est que les personnes les plus faibles physiquement peuvent difficilement se rendre dans les centres d'évacuation et que l'aide humanitaire ne leur est souvent pas accessible. C'est paradoxal, mais ce sont souvent ceux qui en ont le plus besoin qui peinent à recevoir cette aide. Nous sommes déterminés à ce que cela change et nous mettrons les moyens qu'il faudra pour assister nous-mêmes ces personnes ou pour faire en sorte que nos partenaires dans la réponse humanitaire s'adaptent à cette problématique. »

Les autres projets de Handicap International aux Philippines

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.